Les Livres d'Aline

11 décembre 2019

Sansonnet sait du bouleau..., Pierre Thiry

41p1FdFaYsL

Sansonnet sait du bouleau...

Pierre Thiry

Editions Books on Demand, 124 pages

petit-coeur

 

Un extrait

" Il poursuit le bruit du souffle/ D'une plume qui s'essoufle/ Et s'obsurcit trop souvent..."

 

Résumé

(Présentation de l'éditeur) "Sansonnet sait du bouleau" forme une trilogie avec "Sansonnets un cygne à l'envers" (2015), et "Sansonnets aux sirènes s'arriment" (2018). Comme les deux précédents volumes, ce recueil comprend cent sonnets et une postface. Avec la publication de ce livre trois sansonnets (trois cent sonnets) sont désormais réunis, en trois volumes qui peuvent être lus séparément, dans l'ordre que l'on souhaite. On y trouvera une matière de fictions brèves et rapides : sources ou torrents destinés à nourrir le fleuve plus nourri d'oeuvres de fictions à venir. Chacun de ces sonnets peut-être lu séparément. Ils peuvent aussi être lu ensemble. Chacun d'entre eux est un concentré qui peut faire naître une oeuvre plus développée : nouvelle, roman et même roman-fleuve. Chacun peut aussi être lu pour lui-même. On y croisera, le temps d'un sonnet des alexandrins et des vers monosyllabiques, un poissons rouge, des dentelles, des voyages merveilleux, un coup de foudre, Jean-Sébastien Bach, Nicolas de la Grotte, Thomas Sonnet, des histoires d'amour, un humoriste, des ratures, une actrice, Antoine de Saint-Exupéry, un cocher, une princesse, un carrosse, un lézard, Jules Verne, un arlequin, un piano, un artiste, des arbres, Ronsard et des oiseaux (et bien d'autres personnages encore). On y lira des histoires absurdes ou étonnantes, mystérieuses, reposantes, étranges ou classiques, invraisemblables ou vraisemblables, rythmées, imagées, lumineuses ou sombres et énigmatiques... A chacun d'explorer ce livre selon son bon plaisir pour y découvrir des sens nouveaux, inattendus, merveilleux ou rêveurs en parcourant les proliférantes ressources des sonnets, en les lisant et en les relisant. La postface apporte un jour nouveau sur cette forme littéraire en complétant celles de mes deux précédents recueils. Je publie ce livre en hommage à mon papa le musicien Louis Thiry (1935-2019).

 

Mon avis

Une fois de plus, Pierre Thiry nous enchante avec des sonnets très musicaux.

La musique est en effet au cœur de ce recueil de sonnets. L’ouvrage est dédié au musicien Louis Thiry, amoureux de Bach et passionné de linguistique. La musique et les mots. Chez les Thiry, le talent se transmet de père en fils.

Avec ces sonnets, Pierre Thiry précise (en postface) qu’il n’a pas voulu faire de la poésie. Et c’est tant mieux car le fait de devoir respecter la structure et la rigueur de la poésie ferait perdre leur charme et leur vivacité aux cent sonnets (« Sansonnets »).

Je discutais justement de mes futures lectures avec une collègue, il y a quelques temps, et nous en sommes venues à parler de William Shakespeare. Elle m’a dit ne pas aimer ses pièces mais adorer ses Sonnets, qui lui procuraient une émotion bien plus forte que la poésie habituelle : les Sonnets auraient quelque chose en plus par rapport à la poésie « traditionnelle ». Cette conversation m’est revenue en mémoire en lisant Sansonnet c’est du bouleau…, car c’est exactement cela que l’on ressent en lisant les trois Sansonnets (= 300 sonnets dans trois ouvrages) de Pierre Thiry : on rit, on s’inquiète, on s’amuse, on tremble… Des poèmes n’auraient pas la même saveur et ne nous feraient pas ressentir autant d’émotions différentes.

Outre la musique, les arts en général (peinture, cinéma, et bien sûr écriture) et la nature (arbres, oiseaux et autres animaux, cycle des saisons, mois de l’année, fêtes diverses) sont également mis à l’honneur. En lisant les sonnets dédiés aux mois de l’année, ceux qui se concentrent sur l’automne, sur Halloween ou la Saint-Nicolas, on a l’impression de parcourir une année entière enfermée au sein de quelques pages : c’est magique !

Et la magie ne s’arrête pas là. J’ai été enchantée de retrouver, dans un même recueil, des sonnets qui parlent d’oiseaux qui chantent au milieu des branches d’arbres, de violoncelle et de Code civil (oui, oui) ! La plupart de mes centres d’intérêts réunis en une seule lecture, c’est rare… Et, en même temps, ça ne m’étonne pas du tout de les retrouver chez Pierre Thiry : il est probablement le seul auteur contemporain qui était capable de composer un tel trésor.

D’ailleurs, en parlant de Code civil, j’ai particulièrement apprécié le sonnet dans lequel des sansonnets découpent le Code civil en 14 vers (Sonnet 15, intitulé Code civil) : cela m’a rappelé l’Empire romain qui fonctionnait avec 12 lois que les préteurs romains adaptaient selon les cas qui leur étaient soumis. Puisque Sansonnet sait du bouleau… me rappelle le droit romain, l’une de mes grandes passions, il ne pouvait être qu’un coup de cœur !

Mais ces sonnets « juridiques » ne sont pas les seules bonnes surprises de ce recueil : d’autres ont retenu mon attention. C’est notamment le cas du Sonnet n 9, intitulé Satire au sens « cave-hallier », qui est tellement musical ! Avec les Sonnets 87 et 89 (intitulés respectivement Elle était fière et Avancer dans le noir), il forme la « trilogie » des sonnets qu’il faut à tout prix lire à haute voix afin de les apprécier à leur juste valeur. Je les ai récités à mes chats qui ont paru apprécier. Ils ont d’ailleurs apprécié l’ouvrage aussi : ils ne l’ont pas quitté depuis hier soir, le reniflant dès qu’ils le peuvent : Pierre Thiry aurait-il un chat, un Charles Hockolmess (clin d’œil à Ramsès au pays des points-virgules) que mes affreux félins ont repéré à distance ?

Le Sonnet 35 nous parle de l’Automne qui « est sombre en décembre. Il sait qu’il doit partir. » Ambiance « de saison » avec ce sonnet, car en ce moment les journées sont très courtes et les arbres déjà dénudés : l’automne est en bout de course et sera vitre remplacé par l’hiver

Le Sonnet 36 (Ce parc est…) et ses étourneaux qui plagient Mozart m’a fait sourire : il est très amusant, tout comme le Sonnet 78, court et très mignon (il s’intitule d’ailleurs Minuscule, un titre très adapté) ou encore le Sonnet 96 (L’artiste certifié), où un oiseau se fait attraper par un ver/vers: « Ce vers est épicé/ Songea l’oiseau pincé/ Est-ce du paprika ? »

Enfin, voilà mes deux grands favoris :

  • Le Sonnet 48, intitulé Février : mon mois ! Pierre Thiry joue sur les années bissextiles pour composer un hommage au plus beau mois de l’année (selon moi, bien entendu, puisque je suis née en février) ;
  • Et le Sonnet 98 (Dans le vaste palais…) qui m’a rappelé la Princesse Elodie de Zèbrazur, l’héroïne créée par Pierre Thiry.

 

En bref

Sansonnets, un cygne à l’envers et Sansonnets aux sirènes s’arriment étaient déjà de magnifiques recueils. Avec Sansonnet sait du bouleau…, la boucle est bouclée, en quelque sorte : nous avons, à notre disposition, 300 sonnets qui ne demandent qu’à nous faire rêver.

 

 

Le site de Pierre Thiry est ici. N'hésitez pas à le visiter afin d'être au courant de toutes les actualités de l'auteur !

Pour offrir ou s'offrir Sansonnet sait du bouleau..., c'est par ici, par ici ou par là.

Posté par Aline1102 à 16:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


10 décembre 2019

Noël 2019 - Lecture de saison

Sans titre 1

Le Noël d'Hercule Poirot, Agatha Christie

Pour me mettre dans l'ambiance de Noël et, accessoirement, me changer un peu par rapport aux classiques (que je lis à la chaîne en ce moment), j'ai relu Le Noël d'Hercule Poirot, dont je vous avais parlé ici.

Mon avis n'a pas changé : j'aime toujours autant cette histoire. Et ce qui est intéressant, avec une relecture, c'est que quand on se souvient de l'identité de l'assassin, on peut retrouver, ici et là dans le récit, quelques indices que Mrs Christie donne en passant. Lors de ma première lecture, ceux-ci ne m'avaient pas particulièrement frappée, mais ici, je les ai rapidement repérés et, honnêtement, ils sont très bien pensés ! Normal, pour la reine du polar.

Bon, pour être tout à fait honnête, l'esprit de Noël n'est pas très présent : pas de détails sur le sapin ou sur le menu du repas, ce qui est logique, puique le meurtre a lieu avant le réveillon. Seul élément festif : la réunion de famille des Lee (qui, d'ailleurs, n'est pas si festive que ça vu l'ambiance - quoique, chez certains ça se passe certainement aussi bien). Mais malgré tout, c'est une bonne lecture de saison et elle m'a permis de passer un bon moment de détente en compagnie d'Hercule Poirot.

 

Noël

Challenge Noël 2019

07 décembre 2019

Noël 2019 - Mes traditions préférées (partie 2)

Les 13 desserts de Noël en Provence 

Fotolia_2002987_Subscription_Monthly_XL

Source image

Les 13 desserts sont, comme les bougies de l'Avent scandinaves, une tradition à la symbolique très chrétienne, puisque le chiffre 13 ferait référence à la cène, dernier repas que le Christ a pris en compagnie de ses 12 apôtres.

Soyons honnêtes, si cette tradition me plaît, c'est surtout par gourmandise. D'autant que, parmi les 13, se cachent quelques uns de mes péchés mignons : figues, dattes, coings, et nougat, entre autres.

Et voici la liste "officielle", du moins celle qui reprend les desserts revenant le plus souvent (il y a des variations régionales dans la composition des 13 desserts) :

  1. Noix ;
  2. Figues séchées ;
  3. Raisins secs ;
  4. Dattes ;
  5. Pâte de coing ;
  6. Fruits confits ;
  7. Fougasse ;
  8. Nougat blanc ;
  9. Nougat noir ;
  10. Nougat rouge (il est aromatisé à la rose !!!) ;
  11. Calissons d'Aix ;
  12. Fruits de saison, comme les oranges, les mandarines ou les clémentines ;
  13. Melon.

Bref, j'émigrerais bien. Pas vous ?

 

Les 12 raisins de la chance en Espagne 

Uvas_de_la_suerte_2012

 

Source image

Cette tradition espagnole trouve son origine à Alicante.

Le 31 décembre, les Espagnols mangent un raisin à chaque coup de minuit. Ceux qui parviennent à manger tous leurs grains de raisins à temps (et sans s'étouffer...) sont assurés de vivre une année placée sous le signe de la prospérité et de la chance.

J'ai appris l'existence de cette tradition lors de ma première année de traduction, à l'occasion d'un cours de civilisation espagnole. Et j'ai tenté plusieurs fois le coup de 12 raisins et, apparemment, je ne mange pas assez vite pour y parvenir... Malgré ces échecs cuisants, cela reste une tradition très sympathique et amusante, surtout quand on s'y essaye entre amis !

 

 

Les pièces d'argent dans le Christmas Pudding anglais

traditional_christmas_38771_16x9

 

Source image

Les pièces d'argent placées dans la pâte du Christmas Pudding peuvent en quelque sorte être comparées aux fèves des Galettes des Rois : le convive qui trouve la pièce la conserve et a de grandes chances de vivre une année prospère.

C'est aussi une tradition très sympathique, qui doit certainement mettre pas mal d'ambiance autour de la table (imaginez que quelqu'un s'étouffe avec la pièce ?)

En plus, contrairement à la croyance populaire, le Christmas Pudding est un dessert délicieux ! Si, comme moi, vous aimez les raisins secs et les fruits confits (écorces d'orange ou de citron, cerises confites) vous devriez apprécier ce dessert typiquement anglais.

 

Noël

Challenge Noël 2019

 

Posté par Aline1102 à 09:27 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

05 décembre 2019

Noël 2019 - Mes traditions préférées (partie 1)

Le mois de décembre regorge de traditions en lien avec les fêtes de fin d'année. C'est aussi ce qui fait le charme de cette saison.

Dans ce billet (et un second qui suivra très vite) je vous parle de mes traditions préférées.

Saint-Nicolas

0_Saint_Nicolas_-_Santon_wallon

Source image

Saint-Nicolas se fête non seulement en Belgique, mais aussi dans le nord de la France et au Pays-Bas. Tous les ans, le 6 décembre, le grand Saint vient apporter des jouets et des friandises aux enfants sages, les méchants n'ayant droit qu'à la visite de Père Fouettard, l'acolyte du Saint.

J'ai appris sa légende à l'école primaire, donc je suis en mesure de vous l'expliquer.

Saint-Nicolas est devenu le protecteur des enfants après avoir ressuscité trois victimes de Père Fouettard. Selon la légende, à l'origine, ce dernier était un boucher qui a découpé et haché menu trois enfants venus frapper à sa porte un soir d'hiver (plutôt gore, non ?) Un beau jour, le boucher entend de nouveaux coups frappés à sa porte et se trouve face à Saint-Nicolas. Invité à dîner par l'hypocrite boucher, Saint-Nicolas lui demande du petit salé et le méchant cannibale, se voyant coincé, avoue son crime --> Saint-Nicolas ressuscite les enfants (en tendant trois doigts au-dessus du tonneau de petit salé, si mes souvenirs des chansons apprises à l'école primaire sont exacts) et le boucher devient Père Fouettard.

Saint-Nicolas reçoit de nombreuses lettres des enfants (un peu comme Père Noël), qui lui explique ce qu'ils souhaiteraient recevoir et  pourquoi ils pensent mériter d'être gâtés. Le grand Saint fait ensuite son choix sur la liste, et apporte certains des objets demandés.

Le 5 décembre au soir, il est de tradition de préparer deux assiettes : l'une pour Saint-Nicolas, l'autre pour son âne. L'assiette de l'äne contient une carotte et un sucre. Chez nous, on ajoutait également un bol d'eau, pour que le fidèle animal puisse boire. L'assiette de Saint-Nicolas contient des biscuits ou des galettes faites maison. On ajoute également un verre de lait pour que Saint-Nicolas puisse se désaltérer. Après tout, la nuit est dure pour lui et son âne !

Saint-Nicolas descend par la cheminée durant la nuit du 5 au 6 décembre décembre (ça fait du bruit et, quand j'étais petite, ça me faisait un peu peur) et vient déposer ses cadeaux, soit au pied du sapin, soit sur la table de la salle à manger. Chez nous, il déposait tout sur la table, car avec 4 enfants à la maison, il y avait beaucoup de choses à disposer : le pied du sapin n'aurait pas tout contenu.

Les enfants reçoivent en général ce qu'ils ont "commandé" à Saint-Nicolas, sauf si ce dernier estime que le cadeau n'est pas raisonnable. Il apporte aussi des friandises : des sujets en chocolat (qui le représentent), des fruits et petits cochons en massepain (mes préférés !), des speculoos belges (en général, les Lotus, parce qu'ils sont aussi en forme de Saint-Nicolas), des mandarines, des oranges, etc. Quand j'étais enfant, nous avions un siamois à la maison et ce dernier grignotait un peu le massepain que Saint-Nicolas déposait sur la table... Apparemment, le Saint aime les animaux autant que les enfants, car il le laissait faire et n'a jamais appelé Père Fouettard à la rescousse pour punir le chat.

29422_143219_1massepain-cochon-pate-d-amandetéléchargement

 Source images

Le matin du 6 décembre, en se levant (tôt), les enfants découvrent donc tous ces trésors. Ils retrouvent aussi les restes de la carotte, quelques miettes de biscuit, le verre de lait et le bol d'eau vides : preuves que Saint-Nicolas et son âne ont apprécié le petit goûter qui leur était destiné. 

A la maison, une fois les cadeaux et les friandises découverts, on avait pour habitude de crier "Merci Saint-Nicolas" dans la cheminée par laquelle le grand Saint était arrivé et reparti. Il paraît que Saint-Nicolas, comme tous les Saints, a une ouïe exceptionnelle, et les "mercis" des enfants lui font chaud au coeur. 

Les étudiants des Universités catholiques de Belgique sont privilégiés car Saint-Nicolas leur rend parfois visite dans leurs auditoires (= les grandes salles de classe des université belges). Mais comme le grand Saint connaît bien les enfants de tous âges, il sait que les étudiants ne veulent plus de jouets : il passe donc avec quelques bières, qu'il propose aux plus courageux (= ceux qui sont prêts à boire dès le matin). Il en profite aussi parfois pour faire boire les professeurs les plus embêtants afin que ceux-ci, un peu imbibés, soient incapables de continuer leur cours et libèrent les étudiants très reconnaissants (c'est du vécu).

Pour l'occasion, les étudiants enfilent leur calotte et leur tablier, dont voici des exemples :

calotte tablier-300x190

 

Source images

(Perso, je préfère la penne, mais vu que je n'ai pas fait mon baptême étudiant, je ne suis pas vraiment concernée).

Bref, Saint-Nicolas est bien le héros de tous les enfants, quel que soit leur âge !

C'est aussi une tradition bien ancrée dans notre pays. Manneken-Pis, un autre symbole national, a d'ailleurs un petit costume de Saint-Nicolas qu'il enfile parfois pour rendre hommage au Saint :

IMG_6619

Source image

Et pour ceux d'entre vous qui voudraient écrire à Saint-Nicolas, que ce soit pour lui demander des jouets ou des friandises ou pour le remercier de tout ce que vous avez reçu quand vous étiez enfants, voici son adresse :

1, rue du Paradis

0612 Ciel

 

Les bougies de l'Avent en Scandinavie

rue_de_la_deco_bougie_de_l_avent_noir_1

Source image

Les bougies de l'Avent sont quatre bougies placées dans une couronne de l'Avent. Elles symbolisent de nombreuses choses, d'autant que chacune des quatre bougies ont une signification différente.

Tout d'abord, prises toute ensemble et comme tout symbole de l'Avent, les bougies symbolisent l'attente de la venue de Jésus Christ. Mais en plus de cela, les bougies sont également destinées à souhaiter la bienvenue aux visiteurs, car elles sont normalement placées sur l'appui d'une fenêtre, et sont donc visibles de l'extérieur.

Enfin, la signification de chaque bougie est la suivante :

  • La première représente le pardon d'Adam et Eve par le Seigneur ;
  • La deuxième représente la foi sans faille d'Abraham ;
  • La troisième représente l'Alliance entre David et le Seigneur ;
  • La quatrième représente tous les prophètes de la religion catholique.

C'est donc un symbole très religieux, mais en ce qui me concerne, j'aime surtout le fait qu'elles souhaitent la bienvenue aux visiteurs éventuels : c'est une signification que je trouve importante au moment de l'Avent. Et puis, le fait qu'elles soient numérotées me plaît beaucoup aussi : cela permet de décompter les jours jusqu'à Noël sans tomber dans le piège commercial des nouveaux calendriers de l'Avent qui, selon moi, poussent légèrement à la surconsommation.

 

Noël

Challenge Noël 2019

03 décembre 2019

Disparitions, Yvonne Andurand

CVT_Disparitions_3252

Disparitions

Yvonne Andurand

Editions Nouvelle Bibliothèque, 126 pages

 

 

Un extrait

" La pluie a cessé, faisant place à de beaux rayons de soleil qui font scintiller la rivière. Le canoë kayak glisse rapidement sur l'Erdre, dépassant les bateaux sur leur passage. Une colonie de cormorans s'est nichée sur les arbres. Un ragondin effronté les regarde filer sur la rivière aux trois-cents châteaux. Tandis qu'il pagaie avec vigueur, Tom se passionne pour l'environnement, sous le regard étonné de Lisa. "

 

Résumé

(Présentation de l'éditeur) " Tom, 13 ans, et sa petite sœur Sarah arrivent de Paris alors que l'année scolaire est déjà commencée. Orphelins, ils n'ont plus qu'une tante à Nantes qui n'est pas enchantée de les accueillir. Dans cette ville, ils ne connaissent personne. Mais un soir, la tante de Tom disparaît mystérieusement. La police tente en vain de percer cette énigme. Puis d'autres disparitions tout aussi incompréhensibles vont venir bouleverser la nouvelle vie des collégiens. Heureusement, d'autres élèves de St Stan vont leur venir en aide pour mener une enquête. La bande des six collégiens va vivre des aventures étonnantes. "

 

Mon avis

Voilà un polar jeunesse plus que passionnant, dévoré en 2 jours !

Le concept qui se cache derrière cette histoire est assez sympaYvonne Andurand n'a pas écrit ce polar seule, puisqu'elle a fait participer les collégiens de Saint-Stanislas à l'aventure. Ces derniers se sont manifestés lors d'ateliers organisés au CDI de leur collège ou directement sur le blog d'Yvonne Andurand et ont partagé leurs idées à propos des personnages et de l'intrigue.

Ce projet donne un résultat très chouette, qui devrait intéresser de nombreux jeunes (et, pourquoi pas, leur faire prendre goût à la lecture et/ou à l'écriture).

Les personnages principaux du roman sont tous très intéressants. Ils ont entre 10 et 13 ans, certains sont fans de thrillers et tous sont très sympathiques. Ce sont de "vrais" héros, courageux, déterminés et (cerise sur le gâteau) sportifs. Ils s'intéressent à la culture de leur région (Nantes) et accueillent plutôt gentiment les trois petits nouveaux, Lisa, Tom et Sarah.

Ces jeunes héros ont donc de très belles qualités et sont vraiment attachants.

Leurs aventures sont passionnantes à suivre, déjà parce qu'elles sont bien écrites et plausibles, mais aussi parce qu'elles sont bien rythmées. On est vraiment happés par les diverses énigmes que ces jeunes ados tentent de résoudre et suivre leur raisonnement est vraiment amusant (ils sont doués, ces petits jeunes !)

En plus de tout cela, le roman transmet aussi de belles valeurs : l'amitié, la tolérance, l'acceptation et, ma préférée, le fait d'adopter des animaux dans un refuge type SPA plutôt que dans un élevage.

Yvonne Andurand et ses "collègues" collégiens et collégiennes ont donc fait un super boulot avec ce polar court et intense. J'espère qu'ils nous réservent d'autres surprises de ce genre.

Un grand merci à Babelio et aux Editions Nouvelle Bibliothèque pour cette très chouette découverte !


P.S. : n'hésitez pas à visiter le blog de l'auteure, que j'ai partagé ci-dessus. Elle y relate l'aventure de l'écriture de Disparitions pas à pas, et partage les articles de presse consacrés à sa collaboration avec les collégiens de St-Stanislas. C'est presque aussi passionnant à lire que le roman lui-même !

 

En bref

Polar court, sympathique et passionnant, Disparitions a de quoi ravir de nombreux lecteurs, même ceux qui n'aiment pas spécialement les romans policiers et/ou la littérature jeunesse.

 

MC Babelio

l6An0Kid_400x400 (1)


02 décembre 2019

Noël 2019 - Le sapin est (enfin) là + ma lecture du moment

Et voilà, ça y est, le sapin est placé !

Cette année, il est rouge et doré, très semblable, finalement, à cette image que j'ai utilisée dans un précédent billet :

9d23c8461a99b24272a7c095259d1dd6

Source image

On a meme de petits noeuds rouges, qui ressemblent assez à ceux de l'image (comme quoi...).

Mes parents m'ont aussi ramené ces petits personnages en bois, que je voulais absolument :

25300550_01_001_01

 

Ils viennent du magasin Hema, lieu de perdition absolu pour tous ceux qui aiment la papeterie. Seule différence : nos petits Père Noël sont rouges (assortis au reste des décors) et nos anges portent une robe mauve.

Nous avons aussi déjà placé des décorations un peu partout (guirlandes et couronnes, principalement), et je cherche quelques idées  supplémentaires sur le web. Celle-ci me tente bien, d'autant que l'appui de ma fenêtre est suffisamment large pour pouvoir y poser plusieurs pots du même genre :

4a19ffcbc99dbbbb36201c3dafb8a83e

Source image

Le seul problème, c'est que les chats dorment sur mon appui de fenêtre : ils l'adorent car, entre deux siestes, ils peuvent espionner les oiseaux qui se battent dans les arbres en face de la maison. Et que se passera-t-il si l'un d'entre eux casse les pots ? Un incendie juste avant Noël serait une mauvaise idée... A moins que je trouve de petites bougies avec lampe LED, mais même dans ce cas, il reste le problème du verre cassé qui risque de se planter dans les coussinets des pattes (la joie d'avoir des animaux !)

 

Enfin, voilà ma lecture du moment, pour me mettre dans l'ambiance, et pour un peu frissonner avec des histoires de fantômes :

780655

Fiche du livre

 

Votre sapin est-il déjà là ? Quelles décorations avez-vous choisies ?

 

Noël

 

Challenge Noël 2019

Posté par Aline1102 à 09:51 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

28 novembre 2019

Noël 2019

9d23c8461a99b24272a7c095259d1dd6

Source image

 

Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais cette année, j'ai hâte de voir arriver les fêtes de fin d'année.

Déjà parce que, question bobos, je suis servie en ce moment, donc vivement 2020 : je serai peut-être un peu plus valide qu'en ce moment !

Et puis, en plus de cela et sans que je sache pourquoi, je suis d'humeur assez festive. J'ai d'ailleurs déjà planifié le réveillon : nos menus sont déjà prêts, certains ingrédients ont déjà rejoint les armoires (quatre épices et compote d'abricots) ou le congélateur (airelles, coquilles Saint-Jacques et scampis) et j'ai hâte de me mettre aux fourneaux avec ma maman afin de préparer de nombreux petits plats. Et comme j'adore cuisiner des desserts, j'en ai prévu trois !

J'ai également déjà acheté mes cadeaux : heureusement, je m'y prends toujours assez tôt, ce qui fait que j'ai eu la chance de pouvoir stocker tous mes présents avant d'être réduite à l'état de lavette humaine. Tout le monde sera donc gâté malgré tout, y compris les chats et le chien.

J'ai aussi envie de décorer la maison et de placer le sapin, mais je vais devoir attendre, vu qu'on ne l'installe en général pas avant le mois de décembre (je vis dans une famille de maniaques, snif) et que, de toute façon, j'ai un doigt hors d'usage... et pas question que ma famille décore la maison ou le sapin sans moi !

Je vais donc devoir un peu patienter avant de décorer, car il reste encore presque un mois avant les fêtes de Noël. Mais comme la patience n'est pas ma vertu première, j'ai prévu un petit challenge personnel, qui me permettra de décompter les jours sans trop m'énerver.

Noël

Au programme :

  1. Lectures de saison ;
  2. Recettes (en particulier celles que je compte préparer cette année) ;
  3. Traditions de Noël - et du mois de décembre (clin d'oeil à Saint Nicolas) ;
  4. Eventuellement des films/séries (je ne promets rien car moi et la télé n'avons jamais été de grandes amies) ;
  5. Et puis, un petit bilan des décorations et du sapin quand tout sera placé.

 

Et comme il n'est jamais trop tôt pour commencer à se faire plaisir, je suis déjà en train de relire Le Noël d'Hercule Poirot !

 

Posté par Aline1102 à 07:58 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,

27 novembre 2019

The Christie Curse, Victoria Abbott

15808728

The Christie Curse

Victoria Abbott

Editions Berkley, 304 pages

petit-coeur

Un extrait

“I thought I appreciated books, but this was an alter to the book gods. It was hard not to be impressed. I didn't know what had the most impact: the rosewood shelving, the rolling library ladders, the mezzanine floor with the ornate spiral wrought-iron staircases at each end, the carved moldings, the scent of well-loved books, or the silky Aubusson rugs in a soft faded palette of rose, sage and aqua.”

 

Résumé

Son diplômé en poche, Jordan Bingham revient à Harrison Falls, petite ville de l'Etat de New York où vivent ses oncles. Jordan a désespérément besoin d'un emploi afin de financer son doctorat et, un beau jour, la chance semble lui sourire. Vera Van Alst, une riche excentrique passionnée par les livres rares

 

et par Agatha Christie cherche quelqu'un capable de faire certaines recherches lui permettant de mettre la main sur une pièce inédite de Mrs Christie. Jordan est tout d'abord enchantée de ce travail : elle adore les livres, elle est logée et nourrie par son employeur (certes revêche) et, s'il n'y avait pas ce chat siamois qui lui griffe les chevilles, elle serait sans doute au paradis.

Mais un beau jour, Jordan apprend qu'un jeune homme a occupé son poste quelques mois avant elle : si elle a pu décrocher son emploi, c'est parce qu'Alex Fine est mort. Son décès était-il réellement un tragique accident ? Ou l'a-t-on assassiné ?

 

Mon avis

1) J'adore les polars ;
2) J'adore Agatha Christie et je comprends tout à fait l'obsession de Vera van Alst pour cette grande dame.

En conclusion, je suppose que vous comprenez pourquoi ce polar est un coup de cœur ?

Mais ces deux points, bien qu'essentiels, ne sont pas les seuls avantages du récit.

La personnalité de l'héroïne, Jordan Bingham, est très intéressante. Pour une fois, on est loin des clichés et la demoiselle, qui n'est absolument pas une belle en détresse, est très débrouillarde. Il faut dire qu'elle a été élevée par une bande d'oncles d'origine irlandaise (ils sont 6, si j'ai bien compté) qui n'ont pas froid aux yeux et qui n'hésitent pas à violer la loi de temps en temps, quand cela sert leurs intérêts. Les oncles sont d'ailleurs des personnages secondaires récurrents dans ce roman, ce qui le rend encore plus amusant.

Ensuite, il y a un certain policier, que Jordan surnomme "Smiley" parce qu'à chaque fois qu'elle le croise, il semble avoir un sourire éclatant plaqué sur le visage. Smiley (dont le véritable nom est Tyler Dekker) semble toujours surgir très à propos, mais partout où on ne l'attend pas, ce qui est tout de même un comble pour un officier de police. Lui aussi est un personnage secondaire intéressant et, même si son comportement est parfois assez suspect, je dois dire que je l'ai trouvé sympathique dès le début.

Enfin, rien que pour Fiametta Panetone et ses délicieuses recettes italiennes, ce polar valait la peine d'être lu (surtout que quelques recettes se trouvent à la fin). J'ai failli me mettre à sangloter éperdument en lisant la description des lasagnes de la Signora Panetone, c'est dire (je suis allergique aux tomates et cela fait environ 12 ans que je n'ai plus mangé une VRAIE lasagne : la description du plat par Jordan a été une véritable torture).

Je ne vous parle même pas du couple de chats siamois (j'adore les chats et nous avons eu un magnifique siamois quand j'étais petite) et du carlin (j'adore les carlins aussi depuis mes 10 ans : le carlin des voisins et son poulet en plastique plus grand que lui y est pour quelque chose) qui occupent une place assez importante dans le récit. 

Les personnages (humains, félins ou canins) sont donc des points forts du polar, et je les ai tous beaucoup apprécié. Mais les personnages ne sont pas les seuls à rendre ce roman amusant et passionnant, puisque son intrigue presque insoluble (du moins pour moi) est tout à fait prenante. Je ne m'attendais pas du tout à un tel dénouement, et j'avoue avoir soupçonné un peu tout le monde, y compris la pauvre Fiametta (vengeance personnelle inconsciente pour le coup des lasagnes, sans doute)

J'ai hâte de découvrir la suite de la série, en espérant y retrouver les mêmes personnages, auxquels je me suis attachée.

 

N'hésitez pas à lire le billet de Niki ici !

 

En bref

Un polar amusant et passionnant, avec des personnages attachants et une fin suprenante : The Christie Curse a tout pour plaire !

Posté par Aline1102 à 09:47 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,

01 novembre 2019

The Cornish Coast Murder, John Bude

18526932

 

The Cornish Coast Murder

John Bude

Editions British Library Crime, 286 pages

 Y

 

 

Un extrait

“That's just where I must part company with you, Inspector,” said the Vicar with a gentle smile. “I'm rather a voracious reader of mystery stories, and it's always struck me that the detective in fiction is inclined to underrate the value of intuition.”

 

Résumé

Le révérend Dodd, vicaire de Boscawen, et son ami le Docteur Pendrill, ont l'habitude de se retrouver pour dîner ensemble.  Ces soirées entre vieux amis sont aussi l'occasion de partager une passion commune pour les romans policiers et les énigmes.

Un soir, alors que les deux compères finissent leur soirée, un drame se produit : Julius Tregarthan vient d'être trouvé mort, une balle dans la tête.

Les deux amis se rendent alors sur place.

 

Mon avis

"Sympathique" et "charmant" ne sont généralement pas les premiers mots auxquels on pense lorsqu'on s'attaque à la critique d'un polar, mais ce sont pourtant les premiers adjectifs qui me viennent à l'esprit pour vous parler de ce cosy mystery.

The Cornish Coast Murder se passe, comme son titre l'indique, en Cornouailles. Rien que pour cela, il vaut déjà le détour.

Mais en plus de se situer dans cette contrée très agréable, l'intrigue nous permet également de faire connaissance avec des personnages très intéressants et dont les faits et gestes sont particulièrement passionnants à suivre.

Il y a tout d'abord le révérend Dodd et son ami, le docteur Pendrill, tous deux passionnés de romans policiers. Ils ont d'ailleurs mis au point une petite coutume qui me plaît beaucoup et qui consiste à emprunter, à tour de rôle, un petit stock de polars à la bibliothèque. Ils les lisent ensuite chacun leur tour et tentent de deviner l'identité de l'assassin, avant de comparer leurs déductions et résultats. Autant dire que lorsque le vieux Julius Tregarthan est trouvé mort, ces deux-là sont enchantés : un vrai meurtre, dans leur petit village tranquille et reculé ! Voilà qui devrait leur permettre de tester les théories de leurs romans préférés "sur le terrain".

Pourtant, le révérend va vite se rendre compte que la réalité n'est pas aussi amusante que les romans policiers. Mais il va toutefois apporter une aide précieuse à l'inspecteur Bigswell, qui est le troisième personnage intéressant du récit.

Bigswell est particulièrement intelligent et méthodique. Il mène son enquête de façon organisée et réfléchit beaucoup : il m'a d'ailleurs parfois rappelé Sherlock Holmes. J'ai beaucoup apprécié cet enquêteur, qui est assez ouvert d'esprit pour écouter les théories d'un vieux vicaire de campagne (qui connaît de toute façon mieux ses paroissiens que Bigswell lui-même) et le permettre de participer à son enquête.  Il faut dire qu'à force de dévorer les romans policiers, Dodd est devenu un excellent détective amateur.

L'ambiance générale du roman m'a beaucoup rappelé les enquêtes d'Hamish Macbeth, que j'ai découverte il y a quelques années et que j'ai adorées : il était donc normal que ce polar-ci me plaise tout autant.

Cerise sur le gâteau : ce roman était une parfaite lecture de saison

A lire auss : l'excellent billet de Niki.  Elle résume les polars tellement mieux que moi ! :-)

 

En bref

Même les lecteurs qui n'apprécient pas particulièrement les polars devraient lire celui-ci ! Il représente parfaitement bien le genre des cosy mysteries, avec du suspense (mais pas trop) et aucun épisode sanglant, des personnages attachants et un décor agréable.

 


 

30 octobre 2019

Vue imprenable sur jardin secret, Minuit 2, Stephen King

couv10153106

Vue imprenable sur jardin secret, Minuit 2, Stephen King

Titre original : Four past Midnight

Edition : J'ai lu

Traduction : William Olivier Desmond

Nombre de pages : 564

 

 

 

 

Résumé

Morton Rainey a surpris sa femme en compagnie d'un autre homme et le divorce vient juste d'être prononcé. Mort, un écrivain qui connaît un certain succès, a donc quitté le domicile conjugal de Derry et réside à Tashmore, dans la seconde propriété de l'ex-couple. Là, il tente d'écrire un nouveau roman mais ses diverses tentatives se révélant désastreuses, Mort préfère passer son temps à dormir.

Un beau jour, pourtant, la routine de Mort se voit chamboulée. Un certain John Shooter débarque à Tashmore et prétend que Mort a plagié l'une de ses histoires. Il lui remet le manuscrit d'une nouvelle intitulée « Vue imprenable sur jardin secret » et s'en va, en promettant de revenir expliquer ses exigences à l'écrivain. A la lecture de l'histoire de Shooter, Mort se rend compte que celle-ci présente de grandes similitudes avec l'une de ses propres Nouvelles. Commence alors une période de doute pour l'écrivain déjà très fragilisé par son divorce.

 

Mon avis

Vue imprenable sur jardin secret met en scène un écrivain dont la solitude va se révéler fatale. La plus grande ennemie de Mort Rainey, c'est la dépression qui le guette depuis son divorce.

Lentement, au fil des contacts avec John Shooter, Mort se pers dans des pensées de plus en plus obsessionnelles et paranoïaques. Il ne parvient plus à penser de façon rationnelle et s'enfonce petit à petit dans la folie.

Ce sont les pensées de Mort et la succession des différents événements qui nous mettent sur la piste de la solution du mystère entourant John Shooter. On comprend, petit à petit, que ce dernier n'est pas ce qu'il semble être et que le coupable des événements atroces ayant lieu dans cette nouvelle n'est pas spécialement celui que l'on nous dénonce...

Il y a donc un peu de suspense dans cette seconde nouvelle, mais ce n'est pas folichon non plus : Les Langoliers était beaucoup plus intense, plus prenante que Vue imprenable sur jardin secret.  Malgré tout, ce second acte se laisse lire avec plaisir et parvient à retenir l'attention.  

Posté par Aline1102 à 20:21 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,