Les Livres d'Aline

25 août 2016

Les divins secrets des petites Ya-Ya, Rebecca Wells

couv6747825

Les divins secrets des petites Ya-Ya, Rebecca Wells

Titre original : Divine Secrets of the Ya-Ya Sisterhood

Edition : Pocket

Nombre de pages : 470

 

 

 

Résumé

(Présentation de l'éditeur)

" "Une danseuse de claquettes maltraite ses enfants..." Quand Vivi Walker lit dans le "Sunday New York Times" le portrait que brosse d'elle sa fille Siddy, metteur en scène à succès, elle la renie sur le champ. Afin d'aider à renouer le dialogue entre la mère et la fille, les amies intimes de Vivi finissent par la persuader d'envoyer à Siddy son album souvenir : "Les divins secrets des petites ya-ya".

Siddy va alors plonger dans l'univers des ya-ya, du nom cajun que les quatre amies se sont donné lors de leur folle jeunesse en Louisiane. Elle découvre un petit groupe à part, soudé par une amitié que rien n'a jamais pu affaiblir. A travers ces souvenirs fragmentés, Siddy découvre ainsi une image inattendue de l'exubérante Vivi, une femme meurtrie que seul le soutien indéfectible de ses amies a pu maintenir de "

 

Commentaire

Que dire de ce roman ?

Siddy m'a tout de suite agacée avec ses questionnements sans fin et sa manie de mettre sur le dos des autres tout ce qui va mal dans sa vie. C'est vrai que l'enfance joue un grand rôle dans la construction de notre personnalité, mais peut-on pour autant tenir nos parents pour seuls responsables de nos dysfonctionnements d'adultes ? Selon moi, c'est la solution de facilité habituelle : on reproche aux autres ce qu'on ne supporte pas chez soi est toujours plus facile que se remettre soi-même en question.

Bref, j'ai tout de suite détesté Siddy que je trouve bien trop pleurnicheuse. J'ai d'ailleurs passé des pages de certains chapitres qui n'étaient consacrés qu'à elle et où l'on tournait en rond (pourquoi est-elle incapable d'aimer son fiancé ? Pourquoi n'a-t-elle pas d'amies, alors que sa mère en a depuis 60 ans ? Pourquoi sa mère ne l'aime-t-elle pas ? etc.)

Les Ya-Ya sont plus sympathiques, surtout Caro et Necie. 

Mais malgré ces personnages hauts en couleurs que sont les Ya-Ya, je n'ai pas vraiment accroché à l'histoire. Elle se déroule pourtant en partie durant une époque que j'aime généralement découvrir par le biais des romans (années 40). Et on ne peut pas dire que le roman est mal écrit.

Mais je suppose que les chapitres consacrés à Siddy et à ses réflexions sans fin ont juste gâché mon plaisir de lecture.

Seul point positif : les descriptions de la Louisiane et de sa gastronomie.


21 août 2016

Piège nuptial, Douglas Kennedy

couv71896582

Piège nuptial, Douglas Kennedy

Titre alternatif: Cul-de-sac

Titre original : The Dead Heart

Edition : Pocket

Nombre de pages : 251

 

 

Résumé

(Présentation de l'éditeur)

" Tout quitter pour le bout du monde ? Non : quitter le bout du monde à tout prix ! Quelques règles élémentaires de survie dans le bush australien :

1) Ne jamais conduire en pleine nuit sur une route déserte : un kangourou se ferait une joie de défoncer votre pare-chocs.

2) Ne jamais céder aux charmes d'une auto-stoppeuse du cru.

3) Et ne jamais se laisser droguer, enlever et épouser par ladite autochtone.

Dans son village, en effet, le divorce n'est pas autorisé. Mais le nombre de veuves y est impressionnant... "

 

Commentaire

En ce qui me concerne, ce roman a été une véritable catastrophe.

Je n'ai pas compris ce que cherchait Douglas Kennedy en écrivant un truc pareil... Dégoûter ses lecteurs de l'Australie (ou de son écriture... non, j'exagère) ? Quel est le but de caricaturer à ce point un pays et ses habitants ? 

Le résumé du roman me paraissait comique et j'espérais donc passer un bon moment avec un roman sympa. Mais je vous avoue que je n'ai même pas souri une seule fois. Le "héros" du roman est l'archétype du personnage que je déteste : un paumé qui ne sait pas quoi faire de son existence. Je n'ai rien contre les anti-héros paumés et désoeuvrés, mais j'en ai croisé de plus sympathique dans ma vie de lectrice... Ici, le héros de Douglas Kennedy était juste agaçant.

Quant aux autres personnages, ils sont détestables et, je l'espère, peu réalistes.

J'espère que les autres romans de Kennedy sont mieux, puisqu'il m'en quelques-uns dans ma PAL.

Posté par Aline1102 à 07:56 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

20 août 2016

Dette d'os, L'Epée de vérite tome 0, Terry Goodking

couv22037892

Dette d'os, L'Epée de Vérite tome 0, Terry Goodkind

Titre original : Debt of Bones

Edition : Bragelonne

Nombre de pages : 117

 

 

  

Résumé

(Présentation de l'éediteur)

" Il y a très longtemps, avant la création de la frontière, la guerre faisait rage entre D'Hara et les Contrées du Milieu. Dans ce climat inquiétant, une jeune femme se rendit dans la cité d'Aydindril pour obtenir une audience avec le Premier Sorcier. Elle s'appelait Abby et venait lui demander de sauver les habitants de son village. II s'appelait Zeddicus Zu'l Zorander et sa lutte contre la dangereuse magie de Panis Rahl allait prendre un nouveau tournant...

Cette préquelle à L'Épée de Vérité est une édition à tirage limité et comprend une introduction de l'auteur et des illustrations de Keith Parkinson, l'artiste dont les magnifiques peintures ornent les couvertures de toute la série. "

 

Commentaire

Cette préquelle est divertissante, mais pas vraiment essentielle pour la compréhension de la saga.

Certes, il est intéressant de comprendre les circonstances de la création de la frontière, de faire connaissance avec un Zedd plus jeune et sa fille. Mais le récit est très court et ne permet pas vraiment à Terry Goodkind de développer l’histoire.

Il aurait été intéressant de lire quelque chose de plus long, de plus étoffé, qui parle réellement des origines complètes des Contrées du Milieu.

 

Fait partie de la série L'Epée de Vérité

Tome 0 : Dette d'os

Tome 1 : La Première Leçon du Sorcier

Tome 2 : La Pierre des Larmes

Tome 3 : Le Sang de la Déchirure

Tome 4 : Le Temple des Vents

Tome 5 : L'Âme du Feu

Tome 6 : La Foi des Réprouvés

Tome 7 : Les Piliers de la Création

Tome 8 : L'Empire des Vaincus

Tome 9 : La Chaîne de Flammes

Tome 10 : Le Fantôme du Souvenir

Tome 11 : L'Ombre d'une Inquisitrice

Tome 12 : La Machine à Présages

Tome 13 : Le Troisième Royaume

14 août 2016

Avant toi, Jojo Moyes

couv50699085

Avant toi, Jojo Moyes

102296414_o

Titre original : Me Before You

Edition : Milady

 

 

 

 

Résumé

(Présentation de l'éditeur)

Quand Lou apprend que le bar où elle est serveuse depuis des années, met la clé sous la porte, c’est la panique. En pleine crise, dans ce trou paumé de l’Angleterre, elle se démène pour dégoter un job qui lui permettra d’apporter à sa famille le soutien financier nécessaire. On lui propose un contrat de six mois pour tenir compagnie à un handicapé. C’est alors que la jeune femme découvre Will, un jeune tétraplégique qui rêve de mettre fin à ses jours. Lou n’a que quelques mois pour le faire changer d’avis. "

 

Commentaire

Pour une fois, je cède à la mode et je lis un roman dont tout le monde parle. En général, je préfère attendre un an ou deux que la frénésie se calme, mais là je n'ai pas pu m'en empêcher : j'avais envie de voir de quoi il était question.

Au début, étant donné le sujet du roman, je m'attendais à un mélodrame un peu nunuche. Mais en fait, ce n'est pas du tout le cas. J'ai même été agréablement surprise par l'histoire.

Ce roman est très beau. Et pas seulement à cause de l'histoire d'amour entre Lou et Will (vous commencez à me connaître assez pour savoir que je ne suis pas très portée sur les romances, sauf écrites par Jane Austen). La plupart des personnages sont extrêmement attachants et font de ce roman un moment magique.

J'ai adoré les parents de Lou, qui essayent de s'en sortir malgré leurs difficultés et leur manque de moyens financiers. Ils sont très dignes dans leur malheur et ne réclament rien de Lou, dont le salaire est pourtant plus que bienvenu. La sœur de Lou m'a d'abord parue antipathique et égoïste mais, au fil de l'histoire, elle s'humanise et devient elle aussi beaucoup plus agréable à retrouver d'un chapitre à l'autre. Même Patrick, qui pourtant n'a rien de l'homme idéal, m'a amusée.

Les détails donnés sur la tétraplégie sont très réalistes et prouvent que l'auteure a fait certaines recherches avant de se lancer dans ce sujet délicat. C'est un point positif en plus : le roman, grâce à son réalisme, est bien plus qu'une histoire d'amour. Avec la maladie de Will et les souffrances qu'il endure, Avant toi devient un roman de vie plus qu'un roman d'amour. 

C'est sans doute pour cela qu'il m'a autant marquée. Plusieurs jours après l'avoir terminé, je me suis surprise à penser encore aux personnages de l'histoire. Et j'ai bien envie de découvrir Après toi, la suite de ce roman.

Pour ceux qui, comme moi, hésitent toujours à découvrir tout de suite un roman populaire, n'hésitez plus et lancez-vous. Ce roman n'a vraiment que des qualités.

13 août 2016

La guerre des légumes, Peter Sheridan

couv7886957

La guerre des légumes, Peter Sheridan

Titre original : Every Inch of Her

Edition : Livre de Poche

Nombre de pages : 379

 

 

 

Résumé

(Présentation de l'éditeur)

" Un dimanche soir, la paix et la sérénité qui règnent dans un couvent de Dublin sont troublées par l'irruption d'une femme.

Philo, couverte de tatouages et pesant près de cent vingt kilos, cherche désespérément un refuge après avoir fui le domicile conjugal. Son goût pour le tabac, la bonne chère et les jurons ne fait pourtant pas d'elle la candidate idéale pour la vie contemplative. Mais Philo est désespérée... Une fois sous la protection des religieuses, elle reprend confiance et trouve sa place au sein de la communauté.

Mais, tôt ou tard, il faudra bien qu'elle affronte son mari alcoolique, son fils délinquant et, surtout, le sombre secret qui la hante depuis des années. Un livre poignant et pourtant d'une irrésistible drôlerie. "

 

Commentaire

Philo a beau être grosse, fumeuse et tatouée (trois caractéristiques de sa personne qui effrayent les bonnes sœurs au début), je l'accueillerais volontiers chez moi !

Cette jeune femme, maman de cinq enfants, n'a pas eu la vie facile : elle a des relations compliquées avec son père, un mari qui boit et la frappe et a vécu un événement traumatisant durant son enfance. Et malgré cela, Philo est un vrai rayon de soleil pour son entourage (sauf peut-être pour son père, mais comme c'est un râleur, c'est normal). Elle admet d'ailleurs elle-même qu'elle a toujours "joué" les comiques pour faire oublier son poids. Et, à force de faire semblant, Philo est devenue non seulement une vraie comique, mais aussi quelqu'un qui fait se sentir bien les autres.

Alors qu'au début de son séjour au couvent, elle est simplement chargée d'aider les sœurs à servir les repas au Centre d'accueil que le couvent a ouvert pour les personnes âgées des environs, Philo va redonner vie à cet endroit. Elle organise des rendez-vous romantiques entre personnes de plus de 70 ans, prépare des jeux de loto (avec des lots aussi étonnants que des boîtes de petits pois ou des rouleaux de papier toilette) et se lance même dans une imitation endiablée de Tina Turner. Pour le plus grand plaisir des personnes âgées qui s'ennuyaient un peu en compagnie des sœurs...

Mais La guerre des légumes, ce n'est pas que l'histoire de Philo.

Le roman tire son titre de la "guerre" qui oppose, depuis plus de 30 ans, les deux marchands de légumes du quartier : Dina Sugrue et Cap Coyle.

Cap a toujours été amoureux de Dina mais, malheureusement pour lui, cette dernière a épousé le meilleur ami de Cap. Et, un beau jour, les deux hommes se sont disputés. Cap a ouvert son magasin de primeurs, qui a rencontré un franc succès et, pour lui faire concurrence, Dina a suivi avec son propre magasin de légumes.

Le roman se concentre donc également sur ces deux personnages, d'autant que Philo va avoir son mot à dire dans la guerre des légumes...

Ce roman est donc l'occasion de faire la connaissance de plein de personnages hauts en couleurs et sympathiques. Ce sont des gens simples, qui ne se compliquent pas la vie et aiment les petits plaisirs et les commérages, mais ils sont (pour la plupart) tous très attachants et c'est un vrai plaisir de découvrir leurs aventures.


12 août 2016

Le Magasin des Suicides, Jean Teulé

couv11978024

Le Magasin des Suicides, Jean Teulé

Edition : Pocket

Nombre de pages : 157

 

 

 

 

Résumé

(Présentation de l'éditeur)

" Vous avez raté votre vie ? Avec nous, vous réussirez votre mort ! Imaginez un magasin où l'on vend depuis dix générations tous les ingrédients possibles pour se suicider. Cette petite entreprise familiale prospère dans la tristesse et l'humeur sombre jusqu'au jour abominable où surgit un adversaire impitoyable : la joie de vivre.. "

 

Commentaire

J'avais découvert ce roman il y a quelques années chez Niki, qui en avait apprécié l'humour noir (son très beau billet est ici).

Et, effectivement, le gros point fort de ce court roman, c'est son humour très noir. Au début, j'ai même craint un petit côté morbide mais il n'en est rien : Jean Teulé écrit magnifiquement bien, et sa plume fait des merveilles. 

En plus d'être rigoloLe Magasin des Suicides est aussi assez poétique. Et tout cela grâce à Alan, le plus jeune enfant du couple Tuvache. Car Alan a un gros défaut (du moins aux yeux de ses parents) : il est optimiste et toujours joyeux. Il chante, il accueille les clients en souriant et en leur disant bonjour. Et puis, il leur dit "au revoir", alors que chez les Tuvache, on dit "adieu" !

Vous imaginez donc le genre de quiproquos et de situations rocambolesques auxquelles on se retrouve confronté : un optimiste dans un magasin consacré au suicide, ça fait quelques dégâts.

D'ailleurs, en parlant du magasin, je dois avouer que l'imagination de l'auteur m'a bluffée : où a-t-il été chercher toutes ces "méthodes" de suicide ? Jean Teulé ne manque pas d'imagination et c'est vraiment amusant de lire l'inventaire des rayons du magasin et les noms parfois très poétiques des poisons.

Pour tenter ceux d'entre vous qui hésiteraient encore à découvrir ce beau roman (oui, oui : il est beau malgré son sujet qui peut sembler rébarbatif), lisez les quelques extraits que j'ai séléctionnés ci-dessous. Ils devraient achever de vous convaincre.

 

Extraits

" - Allô ? Ah, c'est vous, monsieur Tchang ! Bien sûr que je me souviens de vous : la corde, ce matin, c'est ça?... Vous ?... Vous vouliez nous ?... Je n'entends pas (le client doit appeler d'un portable). Nous inviter à votre enterrement ? Oh, c'est gentil ! Mais vous allez faire ça quand ? Ah, vous avez déjà la corde au cou ? Alors, aujourd'hui mardi, demain mercredi... donc la cérémonie aura lieu jeudi. Ne quittez pas, je demande à mon mari... "

" La vie est ce qu'elle est. Elle vaut ce qu'elle vaut ! Elle fait ce qu'elle peut elle aussi avec ses maladresses. Faut pas trop lui en demander non plus à la vie. "


" (Madame Tuvache s'adressant à Alan)
- Et puis cesse de chantonner (elle l'imite):
"Bon-zou-our!..." quand des gens arrivent. Il faut dire d'un air lugubre : "Mauvais jour, madame..." ou: "Je vous souhaite le grand soir, monsieur." Et surtout, ne souris plus! Tu veux faire fuir la clientèle ?... "

" On ne dit pas « au revoir » aux clients qui sortent de chez nous. On leur dit « adieu » puisqu'ils ne reviendront jamais. "

" Et puis, comme je dis toujours, on ne meurt qu'une fois, alors autant que ce soit un moment inoubliable. "

Posté par Aline1102 à 18:27 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

07 août 2016

Nineteen Minutes, Jodi Picoult

couv48300098

Nineteen Minutes, Jodi Picoult

102296414_o

Edition : Pocket Books

Nombre de pages : 656

 

 

 

 

Résumé

(Présentation de l'éditeur, traduction personnelle)

" Sterling est une petite ville ordinaire du New Hampshire. Il ne s'y passe jamais rien, jusqu'au jour où un lycéen se rend à l'école avec un véritable arsenal dans son sac à dos et commence à tirer. Cet événement ne change pas seulement la vie des lycéens, mais celle de toute la ville.
La fille du juge chargée de siéger lors du procès du jeune homme est sans doute le meilleur témoin, mais elle est amnésique depuis la fusillade. Elle dit ne rien se rappeler de ce jour-là. Mais est-ce vrai ? "

 

Commentaire

Ce livre est terriblement poignant ! Surfant sur le sujet des adolescents harcelés par leurs condisciples, Jodi Picoult écrit un roman très réaliste et particulièrement déstabilisant.

Grâce aux flash-backs utilisés par l'auteure, on apprend à mieux connaître Peter Houghton, le jeune homme responsable de la fusillade du lycée de Sterling. Et, franchement, on finit par totalement comprendre son geste. Et je ne spoile rien en vous l'affirmant, car à la minute où on fait la connaissance de Peter, on comprend que sa motivation est sûrement liée à l'attitude des autres lycéens à son égard.

Depuis son entrée en maternelle, Peter a servi de souffre-douleur aux autres enfants de Sterling. En plus, comme c'est une petite ville, les familles se connaissent toutes et les enfants sont scolarisés dans les mêmes écoles depuis la maternelle jusqu'au lycée. Peter n'avait donc aucune chance d'échapper à ses bourreaux, qu'il a côtoyé pendant 12 ans au moment où il décide de les tuer.

Ce qui m'a le plus déstabilisée, c'est que je n'ai ressenti aucune pitié pour certaine des victimes de Peter. Je me suis attachée à ce dernier et le verdict du procès m'a tracassée jusqu'à la dernière page. Mais en ce qui concerne certaines des victimes de Peter (ceux qui se sont moqués de lui, en fait), je me suis juste dit "c'est bien fait". Comment plaindre un gars qui ne peut plus avoir de bourse sportive pour aller à l'université parce que son épaule a été endommagée par une balle alors qu'il a passé sa scolarité à terroriser Peter et d'autres élèves non populaires ? 

Je n'ai moi-même jamais été victime de harcèlement à l'école (heureusement) mais, depuis cette lecture, je comprends combien ceux qui le sont ou l'ont été peuvent en souffrir. Le clivage entre étudiants populaires et non populaires est tout à fait intenable à Sterling High : les populaires vont jusqu'à se rendre coupables d'actes totalement répréhensibles sur la personne des autres (Peter et d'autres garçons ayant été plusieurs fois enfermés dans leur casier).

Que dire des autres personnages ?

Et bien, moi qui suis une grande fan des magistrats et avocats dans les romans, pour une fois, j'ai détesté Alex Cormier, la juge (et mère de Josie, l'une des condisciples de Peter) qui devait normalement juger Peter. Elle m'a semblé réellement stupide. Quant à sa fille amnésique, je l'ai trouvée antipathique avant même que la fusillade éclate. Josie est nunuche et fait partie du petit groupe qui a fait de la vie de Peter un enfer : deux bonnes raisons pour qu'elle m'énerve !

J'espère que ce roman existe en français et que certains d'entre vous pourront le découvrir. Il vaut vraiment la peine d'être lu, mais préparez-vous à finir révoltés par certains passages : les injustices sont nombreuses au fil des 600 et quelques pages de ce roman.

211 idées pour devenir une fille brillante, Bunty Cutler

couv39525839

211 idées pour devenir une fille brillante, Bunty Cutler

Titre original : 211 Things a Bright Girl Can Do

Edition : Marabout

Nombre de pages : 288

 

 

 

Résumé

(Présentation de l'éditeur)

" A l'attention de toutes les filles, de 7 à 77 ans, pour qu'elles sachent enfin faire tout ce que personne ne leur a jamais appris !

Si vous avez atteint l'âge adulte sans savoir faire un strip-tease ni cacher une lime dans un gâteau de Savoie, ce livre est fait pour vous. Ses idées géniales, ses conseils précieux, sa légèreté le rendront indispensable à toute fille qui se respecte.

Être totalement sublime : comment recycler un bas résille, s'épiler les sourcils, choisir la bonne taille de soutien-gorge, ou encore tout savoir en matière de chaussures.

La maîtresse de maison accomplie : ou l'art de servir une bière à un homme de qualité, ou le café à vos ouvriers, faire une révérence.

Hue dada ! : panser un cheval, faire des fleurs séchées, lire dans les feuilles de thés, forcer un concombre.

Comment être une vilaine fille : faire claquer un fouet, la danse du ventre et tout ce que vous auriez rêvé d'apprendre à l'école.
Ce livre ne vous rendra pas plus glamour? Il ne vous transformera pas non plus en princesse charmante, mais il ne manquera pas de vous faire rire... Voire même de vous instruire ! "

 

Commentaire

J'ai adoré ce livre de "conseils" qui est très sympathique.

Certaines de ces 211 idées sont intéressantes, d'autres complètement loufoques mais, que l'idée soit utile ou non, elle est toujours présentée de façon amusante.

Des passages sont très désuets : comment faire la révérence, comment surveiller les ouvriers qui viennent travailler dans votre maison,... Ça fait un peu femme au foyer des années 60, mais ce n'est pas pour me déplaire, loin de là !

Mon idée préférée ? "Comment purger un chat". Très réaliste, elle m'a fait penser à mes propres félins avec lesquels je dois me battre dès qu'ils doivent prendre un médicament quelconque.

Petite anecdote : Tom Cutler, le frère de l'auteur, a écrit un 211 idées pour devenir un garçon génial. J'aimerais bien mettre la main dessus, juste pour voir quels genres de conseils sont donnés aux garçons.

couv16861022

Posté par Aline1102 à 06:48 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

06 août 2016

The Hidden Girl, Louise Millar

couv19639819

The Hidden Girl, Louise Millar

Edition : Pan MacMillan

Lecture numérique

 

 

 

 

Résumé

Hannah et Will Riley ont tout pour être heureux, du moins en apparence.

Elle travaille pour une ONG et lui est producteur de musique. Le couple vit à Londres et apprécie le quartier dans lequel ils vivent : ils y ont leurs habitudes et s'y sentent bien.

Malheureusement, Hannah est stérile et cela lui gâche la vie. Le couple a bien essayé d'adopter, mais le petit garçon qui les intéressait est parti dans une autre famille, laissant Hannah dévastée.

La jeune femme est convaincue que c'est leur appartement et leur mode de vie citadin qui a fait échouer l'adoption. Elle est donc décidée à partir vivre à la campage.

L'occasion se présente lors des funérailles de la grand-mère de Will, dans le Suffolk. Hannah y remarque une grande et vieille maison et trouve cet endroit idyllique pour y élever un enfant. Bien décidée à changer de vie le plus vite possible, Hannah parvient à convaincre Will et le couple achète Tornley Hall.

Le problème, c'est que la maison et son jardin sont en mauvais état. Hannah est bien décidée à tout remettre en ordre avant la visite des assistants sociaux gérant son dossier, mais cela ne lui laisse que 15 jours pour remettre Tornley Hall en état. 

Will, de son côté, ne l'aide pas beaucoup, puisqu'il est justement en train de produire un album pour un jeune musicien très prometteur.

Alors que Will est à Londres et qu'Hannah se bat contre les papiers peints décolorés de Tornley Hall, une tempête de neige s'abat sur le Royaume-Uni. Les routes sont coupées, les transports en commun ne circulent plus : Will doit rester à Londres et Hannah se retrouve seule dans une vieille maison sans chauffage. La jeune femme a besoin d'aide, mais peut-elle compter sur ses voisins, qui semblent très étranges ?

 

Commentaire

Le gros point fort de ce roman ? Son ambiance ! Au début, j'ai eu l'impression de lire un roman de Stephen King, tant le mystère entourant Tornley Hall semble épais.

La vieille maison recèle bien des secrets. Ses anciens propriétaires sont franchement mystérieux et ses voisins les plus proches semblent être carrément psychopathes. Et, pour couronner le tout, alors qu'Hannah est seule et que son chauffage central vient de rendre l'âme, des bruits bizarres se font entendre. C'est presque comme si Tornley Hall était hanté (pour mon plus grand plaisir, vu que j'aime les histoires de fantômes).

En plus, le village semble inhabité. Hannah n'a que quelques voisins, et les rares maisons qui entourent la sienne paraissent vides. Elle est donc presque seule pour faire face à ses travaux de rénovation intensifs et à la tempête de neige.

Mais des voisins serviables vont tout de même finir par se manifester. Pourtant, là aussi, les choses paraissent louches : ces personnes ne semblent pas être ceux qu'elles prétendent...

La tempête de neige, en plus de couper Hannah du monde extérieur, va aussi la séparer de Will, qui est coincé à Londres. Leur couple va en souffrir, puisque les tensions qu'ils vivent depuis l'adoption ratée vont s'exacerber. Loin de sa femme, Will va remettre en question ce choix de vivre à la campagne : il commence à regretter leur vie à Londres...

Bref, la vie du couple n'est pas simple et les voisins bizarroïdes de Tornley Hall ne vont pas arranger les choses. Le suspense monte au fil des pages et on finit vraiment par se demander comment Hannah va bien pouvoir se sortir des ennuis dans lesquels elle se retrouve plongée jusqu'au cou.

Ce roman est le deuxième que je lis de Louise Millar et, franchement, j'ai passé d'excellents moments grâce à ces deux lectures. L'auteure est vraiment très douée pour "obliger" les lecteurs à rester accrochés à ses romans : je n'ai pas hésité à lire jusqu'à une heure avancée de la nuit, tant j'avais envie de connaître la suite de l'histoire et de savoir si Hannah et Will allaient parvenir à résoudre leurs problèmes.

Si vous ne connaissez pas encore cette auteure, n'hésitez plus et découvrez-là : vous ne serez pas déçus ! 

05 août 2016

Billets et lectures à venir

Je ne sais pas ce qu'il en est pour vous mais moi, l'été me stimule question lectures.

Chaque année c'est pareil : dès le mois de juin et jusque fin septembre, mon rythme de lecture s'intensifie. Peut-être à cause des journées plus longues ? En tout cas, on ne peut pas dire que c'est grâce au beau temps car la Belgique n'a pas été gâtée de ces temps-ci question météo...

Assez de blabla : voici un petit topo de ce qui vous attend dans les prochaines semaines !

 

Billets à venir

Depuis ma dernière lecture (Accidents Happen de Louise Millar) j'ai terminé pas mal de romans. Je dois encore en publier les billets : ils arriveront petit à petit. J'en profiterai également pour vous parler de romans lus depuis quelques semaines, mais dont j'ai complètement oublié de vous parler.

Août 2016

 

J'ai lu :

Le magasin des suicides de Jean Teulé (que je viens de terminer)

La guerre des légumes de Peter Sheridan (idem, je l'ai refermé hier soir)

Avant toi de Jojo Moyes

La fille sans visage de Patricia MacDonald

Witness de Earl W. Wallace

Piège nuptial de Douglas Kennedy

211 idées pour devenir une fille brillante de Bunty Cutler

Nineteen Minutes de Jodi Picoult

Le temps des secrets et Le temps des amours de Marcel Pagnol

 

En ce moment, je dévore ce roman

couv53226600

 

A défaut de passer moi-même mes vacances dans le Yorkshire cette année, je me console en lisant un polar qui parle de celles de Duncan Kincaid dans une copropriété qui, au bout de 30 pages, me semble déjà douteuse...

 

Ma PAL de l'été est encore bien fournie

Août 20161

J'aimerais encore (re)lire ces romans :

Le magasin des suicides de Jean Teulé (j'ai fait le montage avant d'ouvrir le roman et je ne m'attendais pas à le terminer aussi vite)

The Children Act de Ian McEwan

Club Dumas d'Arturo Pérez-Reverte

Le premier tome des Histoires d'amour de l'histoire de France de Guy Breton

Le charretier de la Providence, Maigret à Vichy, Le fou de Bergerac, La nuit du carrefour, Maigret et son mort, Le port des brumes et L'écluse n°1, tous de Georges Simenon

Azure Like It de Wendy Holden

Des délits et des peines de Beccaria

Vieux, râleur et suicidaire, la vie selon Ove de Fredrik Backman

En caravane d'Elizabeth von Arnim

Daisy Miller de Henry Miller

Mrs Palfrey, Hôtel Claremont d'Elizabeth Taylor

Death of a Nag de M.C. Beaton

La troisième fille et Le cheval pâle d'Agatha Christie

Le secret de l'annexe 3 de Colin Dexter (je lis trop de polars)

L'affaire de Road Hill House de Kate Summerscale

Journal d'un parfumeur de Jean-Claude Ellena

L'affaire Pélican de John Grisham

Dette d'os de Terry Goodkind

Premier amour de Joyce Carol Oates

Cyanure de Camilla Läckberg

 

Soyons réalistes : même si tous ces romans sont déjà empilés sur ma table de nuit (des éboulements ont déjà eu lieu), je doute de pouvoir en venir à bout d'ici fin septembre. Au pire, ça me fera une belle PAL automne-hiver.

 

Et vous, quels livres aimeriez-vous encore lire cet été ?