127690Mémoires d'une geisha, Yuki Inoue

Titre original: Kuruwa no Onna

Edition: Picquier Poche

280 pages

 

 

Résumé

Kinu Yamaguchi avait huit ans lorsque ses parents l'ont vendue à une okiya, une maison de geishas. Sa petite soeur la rejoindra dans la même okiya quelque temps après, ses parents ayant dû se séparer d'elle également.

Elle nous raconte son parcours depuis ses dures années d'apprentissage, jusqu'à sa consécration comme geisha très appréciée des clients.

Après sa fuite et son retour dans le quartier réservé, Yuki ouvrira même sa propre okiya.

 

Commentaire

Malgré le titre similaire, ce Mémoires d'une geisha n'a pas grand chose à voir avec celui d'Arthur Golden (que je vous présenterai dans quelque temps), si ce n'est qu'ils relatent tous deux les difficiles conditions d'existence de ces femmes formant l'une des légendes vivantes du Japon.

La vie des geishas, marquée par la tradition, est aussi sous-tendue par des drames: celui de la famille d'origine, obligée de vendre les bouches qu'elle ne peut plus nourrir; celui des geishas elles-mêmes aussi, obligées de rembourser leur dette envers l'okiya avant de recouvrer leur liberté. Yuki nous parle aussi des geishas comme étant des femmes seules, sans époux ni enfants, puisque rares étaient celles qui se mariaient. Le meilleur statut qu'une geisha pouvait obtenir était celui de concubine entretenue par leur amant. Mais, même dans ce cas, jamais elles n'étaient considérées comme de véritables compagnes, comme pouvaient l'être une épouse légitime.

Sous leur maquillage et leur magnifique kimono traditionnel, les geishas devaient s'armer de courage et de patience, endurer toutes les privations et les humiliations, sans jamais se plaindre. Une belle leçon de ténacité.