51J9PPBST1LLe Secret des papes, André Soussan

Edition: J'ai lu

382 pages

 

 

 

Résumé

David Ben Zion, chef du Mossad a eu une vision importante pour le peuple juif. Depuis, il est convaincu que la Ménorah, le chandelier à sept branches, se trouve au Vatican. Les papes l'auraient enfermé dans une cave secrète adin d'empêcher les Juifs de le retrouver. Car la légende dit que si la Ménorah est ramenée en Israël, le troisième temple de Jérusalem verra le jour. Cela mettrait la religion catholique en danger, d'où cette cachette dont les papes se transmettent le secret.

David lance donc ses meilleurs agents dans la bataille, sans toutefois leur révéler exactement ce qu'ils doivent chercher. La première étape consiste à tuer le frère Giorgio, le gardien de l'entrée secrète.

Mais cette mort, bien que donnant l'impression d'être naturelle, attire l'attention du commissaire Alberto Livi et de son adjoint Antonella. Les deux policiers décident d'enquêter plus avant, sans se douter de la force à laquelle ils vont se trouver confrontés.

 

Commentaire

Le Secret des papes est un polar efficace, mais plutôt déroutant. Les références religieuses multiples et le véritable "cours" de judaïsme que l'on y donne perd parfois le lecteur en route.

Les nombreuses incohérences du texte n'aident pas non plus à suivre l'histoire. A ce sujet, un exemple me revient: le deux agents du Mossad sont étalés sur un lit quand l'un d'eux frappe la tête de l'autre sur le sol. A moins que le lit en question se résumé à un matelas posé à même le sol, je ne vois pas comment réaliser la manoeuvre sans bouger de leurs positions respectives, comme ils le font...

La conduite de Livi est également très étrange. Dans la première partie du roman, il clame partout que Livi n'a rien à voir avec Lévi, qu'il n'a jamais été Juif et ses ancêtres non plus. Et il suffit d'un petit voyage à Jérusalem pour qu'il se rappelle les Juifs de sa famille et qu'il devienne partisan convaincu de cette religion. Crise mystique? Sans doute. Comme quoi, même les flics dans les romans peuvent être touchés par la grâce...

Un sentiment mitigé, donc. Sans être super désagréable (puisque le suspense bien construit rachète un peu les errements du texte), ce polar me laisse sur ma faim, avec beaucoup d'interrogations non résolues, surtout au sujet des personnages.