512MZRCQMNL__SL500_Un goût de cendres, Elizabeth George

Titre original: Playing for the Ashes (Inspector Lynley, #7)

Edition: Pocket

718 pages

 

 

Résumé

Un cottage a brûlé à Springburn, dans le Kent. Le corps d'un homme y est retrouvé. Et pas n'importe quel homme: il s'agit de Kenneth Flemming, le célèbre joueur de cricket.

On suppose tout d'abord un accident. Après tout, il serait logique que Flemming soit mort asphyxié. Mais l'autopsie révèle qu'il était mort avant l'incendie...

La situation devenant dès lors délicate, la police locale demande l'aide de Scotland Yard. Et c'est le fameux duo Linley - Havers qui va devoir se charger de cette enquête explosive. Ils devront être prudents, car la vie de Flemming n'était pas exemplaire en tous points et la presse attend avec impatience de pouvoir révéler des détails croustillants sur l'affaire.

 

Commentaire

Bilan mitigé pour ce roman d'Elizabeth George que je lis pour la seconde fois.

La première fois, je l'avais lu "en entier", mais, cette fois-ci, j'avoue avoir passé des pans entiers de l'histoire.

L'un des personnages principaux est en effet membre d'un groupe qui lutte contre la maltraitance des animaux. Ce groupe organise des raids dans les laboratoires qui utilisent des animaux comme cobayes. Il libèrent ceux qui sont en assez bon état pour l'être et demandent à un vétérinaire de supprimer ceux qui sont trop mal en point.

Et c'est justement cela qui me gêne. Les passages qui nous parle de ces "missions commandos" dans les labos foisonnent de détails absolument affreux concernant les chats et les chiens qui sont secourus par le groupe: chiens trépanés, dont la cervelle est exposée à l'air libre; chatons à la moelle épinière sectionnée, qui ne peuvent même pas grimper sur les jambes d'Olivia, etc. Insoutenable, surtout que j'ai un chien et deux chats.

Je n'ai rien contre les groupes tels que celui-là, vien au contraire, mais je ne supporte pas les livres dans lesquels des animaux se font massacrés. D'autant que, dans le cas présent, cela n'a rien à voir avec l'intrigue principale. Ces passages permettent juste de mieux connaître Olivia, qui a un lien avec Flemming, mais dont l'activisme ne concerne absolument pas le meurtre du joueur de cricket.

Ce genre de détails gâchent, en ce qui me concerne, un livre qui, autrement, aurait certainement figuré parmi mes préférés. Car l'intrigue est magnifiquement construite. Le côté très psychologique du meurtre de Flemming est très intéresant et permet à George de dérouter plusieurs fois le lecteur: chaque fois qu'un nouveau personnage apparaît, il semble être un suspect idéal. Et, bien entendu, l'identité du meurtrier est très surprenante.

George développe également un point intéressant en faisant enquêter ses deux limiers sur le passé de Flemming. Car il se révèle passionnant de suivre l'évolution de Kenneth, élève brillant issu d'un milieu populaire, ayant épousé son amour de jeunesse avec laquelle il a eu plusieurs enfants. 

Petite déception, donc, pour un roman qui mériterait pourtant d'être lu. Si vous ne craignez pas les souffrances des animaux, foncez, vous allez aimer. Sinon, faites comme moi et passez les pages trop hard!

big_books