115808Le Horla, Guy de Maupassant

Edition: Gallimard

276 pages

 

 

 

Résumé

(Présentation de l'éditeur)

"Le narrateur mène une vie tranquille dans sa maison au bord de la Seine, en Normandie, lorsque d'étranges phénomènes commencent à se produire. C'est la carafe d'eau sur sa table de nuit qui est bue, des objets qui disparaissent ou se brisent, une fleur cueillie par une main invisible... Peu à peu, le narrateur acquiert la certitude qu'un être surnaturel et immatériel vit chez lui, se nourrit de ses provisions. Pire encore, cet être, qu'il baptise le Horla, a tout pouvoir sur lui, un pouvoir grandissant... S'il quitte sa maison, ce pouvoir disparaît ; mais bientôt, il ne peut plus sortir de chez lui, il est prisonnier. D'où vient cet esprit ? Du Horla ou de l'homme, l'un des deux doit périr.

Le Horla comme les contes fantastiques écrits par Maupassant à la fin de sa vie, alors qu'il sombrait dans la folie, joue délicieusement avec nos nerfs en traitant de thèmes très actuels comme l'angoisse, la hantise du suicide, la peur de l'invisible."

 

Commentaire

Le Horla, comme Le Rosier de Madame Husson, est un recueil de nouvelles. La comparaison peut s'arrêter là. Car il ne semble y avoir rien en commun entre ces deux ouvrages. Le Rosier de Madame Husson semble léger et insouciant; tandis que Le Horla est sombre, tourmenté. Il se rapproche énormément des romans gothiques ou même de la fantasy actuelle.

Comme le précise la présentation de l'éditeur, Maupassant a écrit cet ouvrage alors que son esprit était déjà dérangé. Cela se ressent dans certaines nouvelles, mais pourtant le fil du texte n'est pas décousu et les sujets traités ne sont pas stupides. Il se dégage tout simplement une atmosphère d'étrangeté et de fureur rentrée de certains récits. Le Horla lui-même est un texte effrayant, qui nous fait entrer dans la conscience du narrateur et qui ne laisse aucun doute sur la fin de ce personnage. Effrayant, mais très efficace! 

classiques