Three_Men_in_a_Boat_by_Je_001Three Men in a Boat (To Say Nothing of the Dog) & Three Men on the Bummel, Jerome K. Jerome

Titre français: Trois hommes dans un bateau (sans parler du chien)

Edition: Wordsworth Editions Ltd

334 pages

untitled

 

Résumé de Three Men in a Boat (To Say Nothing of the Dog)

J., notre narrateur, a lu la notice d'un médicament pour le foie et se retrouve persuadé que cet organe lui joue des tours: tous ses petits maux viennent de là, il en est certain. Et dire qu'il ne s'en était jamais rendu compte!

Harris et George, ses deux amis, ne se trouvent pas en meilleures forme que J. Nos trois compères décident alors qu'un changement d'air leur ferait le plus grand bien. Ils préparent donc une petite excursion sur la Tamise et espèrent que ces quelques jours d'exercice sur la Tamise, entre Londres et Oxford, leur fera le plus grand bien.

Mais leur optimisme n'a pas tenu compte des petits problèmes rencontrés en route! Et puis, Montmorency, le chien, les accompagne et se conduit souvent d'une façon peu civilisée, ce qui provoque quelques soucis supplémentaires.

Heureusement, J., Harris et George ne manquent pas d'humour. Et c'est bien connu: l'humour permet de se sortir de n'importe quelle situation!

 

Résume de Three Men on the Bummel

J. et Harris sont maintenant mariés. Mais nos deux amis ont besoin de changement et ont envie d'échapper pour quelques jours au joug de la vie matrimoniale. Ils décident alors de se lancer dans un petit voyage avec leur ami de toujours, George, et de laisser femmes et enfants seuls à Londres.

Après quelques discussions pour déterminer l'excuse à servir à ces dames, la destination du voyage et le mode de transport à utiliser, les trois amis finissent par se décider. C'est ainsi qu'ils se retrouvent à planifier une traversée de la Forêt Noire à vélo.

Le moins que l'on puisse dire, c'est que les Allemands se souviendront de ce voyage!

 

Commentaire

Comme j'aime ce livre de Jerome K. Jerome! A chaque fois, je passe d'excellents moments quand je le lis et certains passages me font même rire aux larmes (comme l'épisode du cadre que l'oncle Podger tente d'accrocher au mur). Il faut dire que l'humour dont l'auteur fait preuve est vraiment irrésistible! Attention toutefois à la traduction française, qui ne donne pas le même effet: il y manque les jeux sur les prépositions et autres techniques des auteurs humoristiques britanniques, qui donnent toute sa saveur à l'humour british. A la décharge des traducteurs, il faut dire qu'il est parfois difficile à transposer.

Au-delà du simple texte humoristique, ces deux récits de Jerome K. Jerome offrent un véritable portrait de la société britannique du XIXe siècle. A travers de petites anecdotes dont J. se souvient au gré de ses aventures, nous en apprenons beaucoup sur les comportements de divers personnes, mais aussi sur l'histoire des villes et hameaux traversés. Par exemple, J. cite, pour chaque endroit intéressant par où lui et ses amis passent, les personnages historiques ayant vécu ou ayant traversé l'endroit (il précise d'ailleurs, à ce sujet, que la reine Elizabeth Iere a logé dans la quasi totalité de ces villages et signale que cette femme est imossible à éviter: encore une preuve de l'humour du récit, qui se cache jusque dans les faits historiques!).

Les moeurs de la société de l'époque sont donc aussi bien développées dans le récit de Jerome K. Jerome. Et je dois dire que ces gens avaient l'air de bien s'amuser, grâce, notamment, aux divers événements sociaux qui venaient rythmer leur vie de tous les jours: piques-niques champêtres, excursions à la campagne, thés et soirées dans les salons (à l'occasion desquels Harris se lance dans de catastrophiques démonstration de l'absence d'oreille musicale dans son chef!), dîners tardifs en ville,...les élégants de l'époque savaient comment s'occuper. Car il n'est pas question ici des classes sociales les moins favorisées: Jerome K. Jerome n'est pas Zola ou Dickens et les protagonistes de ces deux histoires sont des nantis.

Mais ce manque de côté "social" à l'histoire ne diminue en rien sa portée. Three Men in a Boat & Three Men in a Bummel sont ainsi des classiques de la littérature anglaise, au même titre que Oliver Twist, par exemple, grâce justement à cette description pointue de la société; mais aussi grâce à la qualité du vocabulaire utilisé par l'auteur. Même si George, Harris ou J. se lance parfois dans des jurons bien sentis, la langue anglaise se trouve illustrée, dans ces deux récits, de façon tout à fait élégante et plaisante.

N'hésitez donc pas à le découvrir, ce livre n'a que des avantages: c'est une perle d'humour anglais et un must-have dans la bibliothèque de tout anglophile qui se respecte!

Elle vous parle de l'édition en français: Allie

classiques