couv358655601000 years of annoying the French, Stephen Clarke

Edition: Black Swan

688 pages

 

 

 

Résumé

Dans cet ouvrage très complet et parfaitement documenté, Stephen Clarke met à mal un millénaire de préjugés français à l'encontre de ses compatriotes britanniques et de croyances françaises à propos de la France elle-même. Quelques exemples:

- les Français sont très fiers de Guillaume le Conquérant, ce noble français qui, en 1066, s'est emparé de la couronne d'Angleterre...

... mais Guillaume était Normand ce qui, au XIe siècle, n'était pas tout à fait la même chose que Français. D'ailleurs, le Conquérant détestait les Français qui avaient tendance à se moquer de sa bâtardise.

- les Anglais ont brûlé Jeanne d'Arc pour se venger de cette héroïne française qui allait leur faire perdre la Guerre de Cent Ans...

... oui, mais les Français les ont laissés faire, trop heureux de voir de voir les Anglais se charger du sale boulot à leur place! Car cette pauvre Jeanne devenait quelque peu gênante pour les Français.

- les Anglais ont empoisonné Napoléon Bonaparte alors que l'ancien Empereur se trouvait sous leur garde à Sainte-Hélène...

...archi-faux! L'autopsie du cadavre de Napoléon a révélé qu'il était mort d'un cancer de l'estomac.

 

Commentaire

Comique mais pus profond qu'il n'y paraît, 1000 years of annoying the French amène parfois des réflexions intéressantes chez le lecteur.

Même si l'on a parfois du mal à croire Stephen Clarke sur parole, comme lorsqu'il affirme que le Champagne est une création britannique que Dom Pérignon s'est contenté de reprendre à son compte, la plupart de ses théories semblent parfaitement plausibles.

Et si l'on finit par plaindre les Français de leur millénaire de déboires et d'humiliations infligés par les Anglais, on ne peut s'empêcher de penser que leur entêtement à considérer les Anglais comme des ennemis héréditaires leur a plus d'une fois porté préjudice. Car, au fil des pages, on fait connaissance avec non pas une, mais avec deux grandes nations; la France n'ayant rien à envier à la Grande-Bretagne. Il vient même un moment où l'on se demande ce que des deux grands pays auraient pu réaliser s'ils s'étaient alliés au lieu de se haïr. Au vu de leur puissance à une certaine époque, l'Europe entière serait peut-être franco-anglaise à l'heure actuelle...

Mais voilà, les inimitiés et la méfiance ont été plus fortes que la diplomatie et, aujourd'hui encore d'après Clarke, les deux pays continuent à se détester cordialement.

histoire