couv14490139Le Maître et Marguerite, Mikaïl Boulgakov

Titre original: Mistrz i Malgorzata

Edition: Gallimard

727 pages

untitled

 

Résumé

Dans un jardin public de Moscou, un écrivain et un poète discutent religion: Jésus a-t-il réellement existé? Alors que l'écrivain tente d'imposer sa vision des choses au poète, un troisième personnage apparaît subitement, comme issu d'un mouvement de l'air. Il se mêle à la conversation des deux hommes, dit être un professeur de magie noire en visite à Moscou pour une série de consultations et commence à raconter une étrange histoire sur Ponce Pilate.

Cet inconnu, c'est en fait le Diable. Il prédit la mort de l'écrivain et le séjour en hôpital psychiatrique du poète. Or, en sortant du jardin public, Berlioz, l'écrivain, meurt justement de la manière qu'a décrite le Diable...

 

Commentaire

Commencé en 1928 par Boulgakov, Le Maître et Marguerite ne fût terminé qu'en 1940, peu de temps avant la mort de l'auteur. Et il faudra encore attendre 1966 pour qu'il soit enfin publié en URSS, amputé de près de 80 pages par la censure...

Ce magnifique roman n'a donc pas été tout de suite reconnu à sa juste valeur. Et pourtant, quel chef d'oeuvre! Une profusion de décors et de personnages, des intrigues différentes d'un chapitre à l'autre, mais toujours mêlées les unes aux autres en font une magnifique fresque à la fois haute en couleurs et toujours en mouvement, un peu comme un carrousel en folie, lancé dans des tours sans fin et de plus en plus rapides.

Autour du personnage du Diable, qui, chez Boulgakov, se nomme Woland, s'organisent en réalité trois récits distincts. Tout d'abord, on assiste au drame dans lequel l'arrivée du Diable et de sa troupe plonge Moscou. Et quel drame! La milice moscovite donne l'impression de courir dans tous les sens afin de lutter contre les étranges événements qui se manifestent aux quatre coins de la ville: disparitions étranges, vol de certains morceaux de cadavres, détournement de fonds, femmes se baladant toutes nues (alors que Woland vient de leur offrir des robes de grands couturiers), fausse monnaie... Peu à peu, la ville entière est plongée dans la perplexité devant les phénomènes quasiment surnaturels qui se produisent à Moscou, habituellement si tranquille.

Ensuite, nous faisons la connaissance du Maître et de son histoire, qui forme le second récit à l'intérieur du Maître et Marguerite. C'est par le biais du malheureux Ivan, le poète devenu fou et enfermé dans un établissement psychiatrique, que nous rencontrons ce fameux Maître. Lui aussi est pensionnaire de cet hôpital et raconte à Ivan les événements qui l'ont rendu fou. Ce Maître est, bien entendu, amoureux de Marguerite, une belle jeune femme qui l'a encouragé à poursuivre le roman qu'il écrivait lorsqu'ils se sont rencontrés (car le Maître est écrivain) et qui traite de Ponce Pilate.

Et ce célèbre personnage historique, procurateur de Judée au temps de la crucifixion de Jésus forme le troisième récit du roman. Nous suivons ainsi les pas de Pilate depuis le moment où il rencontre Jésus, tout d'abord grâce au récit de Woland, qui parle de ce moment historique à Berlioz et Ivan, et ensuite grâce au manuscrit du Maître.

Ces trois romans en un sont remplis de références et d'anecdotes en lien avec l'URSS de l'époque de Boulgakov. Et l'auteur n'est pas vraiment tendre avec son pays: il se lance plus d'une fois dans des scènes très cocasses qui donnent l'impression qu'il tente de ridiculiser l'ordre établi. Et heureusement pour nous, puisque c'est justement cet humour assez cruel de Boulgakov qui, mêlé aux nombreux tours et détours du récit, font du Maître et Marguerite un véritable délice!

Pour lire l'avis de Suzanne, c'est par ici.

 

Quelques extraits:

"Certes, l'homme est mortel, dit-il, mais il n'y aurait encore là que demi-mal. Le malheur, c'est que l'homme meurt parfois inopinément."

 

"Il faut reconnaître que, parmi les intellectuels, on rencontre parfois, à titre exceptionnel, des gens intelligents."

 

"Allons, ne dramatisons pas ! rétorqua Azazello en faisant des grimaces. Il faut aussi vous mettre à ma place, après tout. Taper sur la gueule d'un administrateur, flanquer un oncle à la porte, ou abattre quelqu'un à coups de revolver, ou autres broutilles de ce genre, ça, c'est ma spécialité. Mais discuter avec une femme amoureuse, merci bien... "

 

"Sur l'échiquier, cependant , régnait la confusion. Le roi en manteau blanc, qui avait perdu toute contenance, piétinait sur sa case en levant les bras avec désespoir. Trois pions blancs en costume de lansquenets, armés de hallebardes, regardaient d'un air éperdu un officier qui, agitant son épée, leur montrait devant eux deux cases contigües, une noire et une blanche, où l'on voyait deux cavaliers noirs de Woland dont les chevaux fougueux raclaient du sabot la surface de l'échiquier."

 

classiques