couv64628347Death Comes to Pemberley, P.D. James

Edition : Faber & Faber

330 pages

Offert par Niki (Merci !!)

 

 

Résumé

Nous sommes en 1803. Fitzwilliam Darcy et Elizabeth Bennet sont mariés depuis six ans et ont deux enfants.

Avec l'aide de Georgiana Darcy et des domestiques de Pemberley, Elizabeth prépare le bal annuel offert par les Darcy aux habitants du village. Cette soirée de réjouissance est toujours qualifiée de " bal de Lady Anne ", du nom de la mère de Darcy, qui a introduit cette coutume.

Elizabeth est donc sous pression. Elle espère que tout sera prêt à temps et, la veille du bal, alors que les préparatifs de la célèbre soirée réclament toute son énergie, Elizabeth doit encore accepter de recevoir le colonel Fitzwilliam qui lui demande une audience privée. Ce dernier souhaite épouser Georgiana et demande à Elizabeth d'en toucher un mot à Darcy. Or, Elizabeth n'est pas certaine des sentiments de sa belle-soeur qui lui semble très proche d'un jeune et ambitieux avocat, Henry Alveston.

C'est donc dans un état d'esprit assez agité qu'Elizabeth rejoint les premiers invités de Pemberley : Jane et Bingley, Georgiana, Alveston et le colonel Fitzwilliam se joignent à elle et à son époux pour un dîner intime mais plutôt morose, les convives faisant preuve de moins d'entrain que d'habitude.

La soirée s'étire en longueur et, finalement, Jane et Bingley décident de se retirer dans leur chambre. C'est à ce moment que le bruit d'une voiture se fait entendre. Elle se dirige à toute vitesse vers Pemberley.

Lorsque les convives arrivent à l'entrée, ils aperçoivent une femme qui descend de la voiture. C'est Lydia Wickham, la soeur de Jane et d'Elizabeth qui en descend. Elle semble en proie à une véritable crise d'hystérie et tombe dans les bras de Jane en hurlant que Wickham, son époux, s'est fait assassiner dans les bois de Pemberley...

 

Commentaire

Je tiens d'abord à remercier Niki qui m'a offert cet ouvrage afin de m'éviter de me torturer plus longuement devant les présentoirs de la Fnac (je l'achète ou pas ?). Un bisouke, Niki !

J'ai beaucoup aimé les premières pages de ce polar mettant en scène les personnages les plus célèbres de Jane Austen. Chacun est dépeint selon le " rôle " qu'il occupait dans la version originale : Mrs Bennet semble toujours aussi gênante pour ses filles aînées, Mr Bennet se plonge toujours aussi volontiers dans ses chers livres, les braves gens de Meryton ont gardé leur passion pour les ragots. Ces passages durant lesquels P.D. James rappelle le caractère de chacun et nous parle des beaux mariages des deux aînées de la famille Bennet nous transportent réellement dans cet univers austenien à l'ambiance si particulière, à la fois ironique et légère.

Par contre, par la suite, cela se gâte ! Elizabeth semble s'être définitivement rangée, comme si son mariage avec Darcy l'avait embourgeoisée pour de bon. Sa spontanéité, sa fraîcheur et son franc-parler ont disparu. Elle a perdu sa vivacité (ou alors les préparatifs du bal l'ont vraiment épuisée ! ) et paraît même un peu transparente une fois le sujet des préparatifs du bal épuisé. Alors qu'elle accompagne Darcy à Londres pour un certain procès, l'auteure ne parle même plus d'elle, puisque Elizabeth décide de rester chez les Gardiner pendant que Darcy se rend au tribunal. La Lizzie de Jane Austen n'aurait-elle pas insisté pour accompagner son époux ?

Le colonel Fitzwilliam est, après Elizabeth, celui qui a certainement le plus changé. On est loin du chaleureux jeune homme qui réchauffait quelque peu l'atmosphère sinistre de Rosings, la demeure de Lady Catherinede Burgh. Fitzwilliam est devenu snob et sinistre.

En ce qui concerne Darcy, rien ne va plus ! Il semble être réduit à l'état de petit garçon timide face aux juges londoniens. Où est passé l'orgueilleux Darcy ? Sa froideur et son autorité se sont-elles émoussées après six ans de mariage ? En tout cas, les doutes et les incertitudes de ce personnage principal paraissent peu crédibles et surtout bien éloignés du Darcy de Jane Austen.

Par contre, le changement dans le caractère de Wickham m'a plutôt intéressée. Ce n'est pas plus mal de voir ce sale petit intrigant plongé dans de sales draps : ce genre d'ennuis lui permet au moins de réfléchir et de mettre de l'ordre dans la vie assez dissipée qu'il a menée jusque là. La façon dont Wickham s'amende et semble vouloir réparer ses erreurs est une bonne idée de la part de P.D. James.

De même, la recréation d'une enquête " d'époque ", avec tous les détails que cela implique, tant au niveau juridique que médicaux, était passionnante. P.D. James a certainement été chercher de vieux ouvrages de common law bien poussiéreux pour pouvoir fournir à ses lecteurs autant de détails sur les procès criminels de l'époque et sur la façon dont les juges de paix anglais devaient gérer les crimes violents.

Finalement, Death Comes to Pemberley était une bonne découverte, même si l'ambiance un peu noire qui plâne sur Pemberley et ses habitants semble très peu adaptée aux personnages de Jane Austen.

A relire une seconde fois pour peut-être l'apprécier un peu plus.

Le billet de Niki, c'est par ici.