XY240Matins à Jalna, Les Jalna tome 2, Mazo de la Roche

Titre original : Morning at Jalna

Edition : Livre de Poche

384 pages

untitled

 

Résumé

(Présentation de l'éditeur, parce qu'elle est si jolie !)

" Jalna est en rumeur : Adeline et Philip Whiteoak ont invité Curtis et Lucy Sinclair à séjourner chez eux pendant la guerre qui vient d'éclater aux Etats-Unis entre Nordistes, partisans de l'abolition de l'esclavage, et Sudistes, tenants du statu quo. C'est à cette dernière catégorie qu'appartiennent les Sinclair. Leur visite met donc les Whiteoak dans une situation délicate, car l'esclavage n'est pas admis au Canada. Mais Adeline a la fougue des natifs d'Irlande et Philip la célèbre obstination anglaise, si bien qu'ils affronteront la réprobation de leurs voisins sans se troubler.

De se trouver mêlée peu ou prou aux conspirations des Curtis enchante Adeline. Elle est beaucoup moins enthousiaste de devoir supporter l'indolente Lucy, surtout après le mariage tragi-comique de leur précepteur qui laisse trois de ses enfants livrés à eux-mêmes et à l'influence dangereuse de Tite, le métis. Les Sinclair partis, ne s'avisent-ils pas de traverser le lac Ontario dans un petit voilier pour les rejoindre ?

Cette équipée n'est pas le moindre des incidents qui rendent si vivante et si gaie l'histoire de la famille Whiteoak, dont la saga compte seize volumes. Le présent tome est chronologiquement le second. "

 

Commentaire

Les histoires de Mazo de la Roche donnent toutes réellement envie de visiter Jalna. Ici encore, lors des descriptions de la maison et des terres qui l'entourent, du lever ou du coucher de soleil qui fait flamboyer la vigne vierge de la façade, nous enchantent page après page.

C'est un univers très douillet et confortable qui nous est décrit, même si le calme et la sérénité qui règnent habituellement à Jalna sont quelque peu perturbés par la présence des Sinclair et de leurs bruyants domestiques. Ils épuisent Adeline et les serviteurs des Whiteoak, choqués par les manières des domestiques de couleur du couple d'invités. Les Sinclair et leurs serviteurs sont envahissants, réclament beaucoup d'attention et semblent refuser de se conformer à la manière de vivre de leurs hôtes. On comprend que les Whiteoak soient soulagés de les voir partir !

Dans Matins à Jalna, on a aussi l'impression de voir la propriété à travers les yeux de trois des enfants Whiteoak, Augusta, Nicolas et Ernest. On assiste à leurs jeux et à leurs aventures, on nous parle de leur attachement à cette maison et l'on comprend tout à fait que les garçons craignent d'être envoyés en pension en Angleterre. Qui voudrait quitter ce paradis terrestre ?

Adeline et Philip, de leur côté, sont ici surtout dépeints comme de jeunes parents, là où le premier tome s'attachait à nous les montrer comme deux amants, passionnément épris l'un de l'autre. Dans ce second volume, ils doivent élever quatre enfants en bas âge qui ne sont pas toujours des modèles d'obéissance... Les punitions tombent fréquemment et sont parfois très sévères, à la limite de la cruauté lorsque Philip utilise sa ceinture de cuir pour châtier ses fils. Autre temps, autres moeurs : les enfants Whiteoak reçoivent une éducation qui nous paraîtrait impensable au XXIe siècle.

Ces châtiments semblent toutefois parfois mérités, vu l'insolence dont les enfants, particulièrement Nicolas, font parfois preuve. En tout cas, ces trois petits semblent particulièrement intelligents et mûrs pour leur jeune âge. Ce qui ne peut que donner envie de découvrir les adultes qu'ils sont devenus dans le troisième tome.