couv69435149L'Echo des morts, Johan Theorin

Titre original : Nattfak

Edition : Albin Michel

409 pages

 

  

Résumé

(Présentation de l'éditeur)

" N°1 des ventes dans son pays, le Suédois Johan Theorin s'impose désormais comme un des maîtres du polar scandinave. Après L'Heure trouble, salué par la critique internationale, L'Echo des morts explore à nouveau l'atmosphère étrange de l'île d'Öland, où les Westin, une famille de Stockholm, ont décidé de s'installer définitivement. Quelques jours après leur arrivée au coeur de l'hiver, Katrine Westin est retrouvée noyée et son mari sombre dans la dépression. Alors que d'inquiétantes légendes autour de leur vieille demeure refont surface, la jeune policière chargée de l'enquête est vite convaincue qu'il ne s'agit pas d'un accident...

Porté par l'écriture très personnelle de Theorin, un suspense où passé et présent s'entrecroisent dans un climat troublant, aux limites du fantastique. "

 

Commentaire

Quelle ambiance ! L'Echo des morts repose sur une légende qui nous est contée dès le début du polar et selon laquelle les morts de l'année se réuniraient durant la nuit de Noël. A partir de cette croyance, Johan Theorin construit toute une intrigue reposant sur les morts d'Aludden, la nouvelle demeure des Westin.

D'autres légendes existent au sujet de la vieille demeure : le phare Nord, dont la lumière ne s'allume que lorsqu'un habitant du domaine d'Aludden va mourir ;l e mur du fond du grenier à foin, dans le bois duquel sont gravés les noms et dates de décès de ceux qui sont morts dans la maison.

Theorin parvient, en exploitant ce climat de mystère qu'il met en place dès les premières pages, à nous détourner complètement du vrai motif de son polar : Katrine Westin est-elle morte accidentellement ou l'a-t-on assassinée ? Après quelques pages, cette question devient secondaire et ce qui nous préoccupe, ce sont surtout les étranges manifestations surnaturelles animant la vie de Joakim Westin à Aludden : la porte de la grange qui semble s'ouvrir toute seule, la jeune Lydia Westin qui parle dans son sommeil et déclare voir sa mère et sa tante, toutes deux décédées, se promener autour de la maison...

Au niveau des personnages, j'ai beaucoup apprécié Tilda, la jeune policière qui enquête sur le drame de la mort de Katrine, et son grand-oncle Gerlof. Ces deux-là sont très impliqués dans l'enquête et finissent par résoudre plusieurs mystères qui planent, non seulement à Aludden, mais sur toute l'île d'Öland.

Par contre, le personnage principal, Joakim Westin, n'a pas vraiment réussi à s'attirer ma sympathie. Certes, le drame qui le frappe est des plus malheureux, mais Westin m'a donné l'impression d'être prêt à échanger bien volontiers la vie de ses deux enfants contre celle de sa femme... Dépressif après le décès de Katrine (compréhensible), il ne s'occupe plus beaucoup des deux petits, les laissant souvent livrés à eux-mêmes pour aller explorer la grange (où il est persuadé de retrouver le fantôme de sa femme) ou tout simplement s'enfoncer dans son désespoir. Drôle de père !

Enfin, je ne sais pas qui lit les romans avant de les résumer chez Albin Michel, mais la quatrième de couverture me paraît franchement bâclée... Ce n'est pas quelques jours après l'installation des Westin que Katrine meurt, mais quelques jours après l'installation de Joakim à Aludden que survient ce décès. Katrine et ses enfants s'étaient déjà installés à Aludden depuis plusieurs semaines quand Joakim est venu les rejoindre ; ce dernier étant demeuré plus longtemps à Stockholm pour raisons professionnelles et afin de vider leur villa de banlieue. Quant à Tilda, elle enquête bien sur la mort de Katrine, mais peut-on réellement la qualifier de " chargée de l'enquête " alors que ses supérieurs ont conclu à une mort accidentelle et que Tilda et Gerlof sont les seuls à croire au meurtre ?

 

081119_les_polars_scandinaves_aspx5516art_img15316_jpg_43670001_north_400x

Challenge Thrillers et Policiers scandinaves

 

 

 

Ma prochaine lecture dans le cadre du challenge :

couv7722844Hiver arctique de Arnaldur Indridason, aux Editions Seuil.

Présentation de l'éditeur :

" Comment peut-on poignarder un enfant ? Au cœur de l’hiver arctique, en Islande, un garçon d’origine thaïlandaise a été retrouvé assassiné. Il avait douze ans. Crime raciste ?
Le commissaire Erlendur mène l’enquête, s’acharne et s’embourbe. Il ne comprend plus ce peuple dur et égoïste qui s’obstine à survivre dans une nature hostile. L’absurdité du mal ordinaire lui échappe… "