couv16855745La mort indienne, Karin Fossum

Titre original : Elskede Poona

Edition : J'ai lu

347 pages

 

 

Résumé

Gunder Jomann décide de prendre quelques jours de vacances. Du moins officiellement. Car la vraie raison de son voyage en Inde, celle qu'il n'avoue à personne, c'est que son célibat commence à lui peser. Gunder voudrait vieillir auprès d'une femme douce et gentille et a donc décidé de se rendre à Mumbai, où il espère rencontrer la perle rare.

Tout se passe comme prévu et, le 4 août, Gunder épouse Poona Bai, une jeune femme rencontrée au restaurant tandoori où elle travaille comme serveuse et où Gunder prend la majorité de ses repas.

Gunder rentre avant Poona à Elvestad, le petit village où il habite, et il compte les jours jusqu'à l'arrivée de Poona, qu'il attend avec impatience. Alors que le grand jour est enfin arrivé et qu'il s'apprête à partir pour l'aéroport, où il doit récupérer Poona, Gunder reçoit un appel téléphonique inquiétant : sa soeur, Marie, est dans le coma suite à un accident de voiture très sérieux.

Gunder choisit de se rendre au chevet de sa soeur et demande à une connaissance, l'unique chauffeur de taxi de Elvestad, d'amener Poona jusqu'à l'hôpital. De là, Gunder et elle pourront rentrer à la maison.

Le chauffeur de taxi fait tout ce qu'on lui demande mais ne voit pas Poona à l'aéroport. Ses autres recherches restent vaines : l'Indienne reste introuvable, comme si elle s'était volatilisée... ou n'était jamais montée à bord de l'avion qui devait la conduire en Norvège.

Le lendemain, le corps sauvagement mutilé d'une femme étrangère est retrouvé à un kilomètre à peine de la maison de Gunder. La femme porte un vêtement coloré, qui ressemble à un sari. Et s'il s'agissait de Poona ?

 

Commentaire

Ce roman fait partie de la série des enquêtes de l'inspecteur Konrad Sejer, ce qui explique peut-être le fait que le dénouement laisse le lecteur sur sa faim.

Elvestad est un petit village, où tous les habitants se connaissent. La découverte d'un cadavre dans ce cadre presque bucolique étonne et choque la population. Et quand la police est persuadée que le meurtrier est quelqu'un du coin, personne ne veut croire qu'un meurtrier se cache au sein de la population paisible de ce cadre rural idyllique : " Un criminel ? Chez nous ? Pas possible, allez voir ailleurs ! ". Et même quand la culpabilité de certains des habitants semble certaine parce que ceux-ci se livrent à d'étranges manigances une fois la nuit tombée, les témoins inopinés de la scène refusent d'envisager cette possibilité. Et puis, ce serait malhonnête de dénoncer des voisins que l'on connaît depuis des années.

Mais les langues finissent par se délier. Une adolescente délurée et apparemment très seule (elle est élevée par sa mère qui travaille beaucoup et n'est pas souvent présente) confie ce qu'elle a vu à la police et ne se gêne pas non plus pour en ajouter une couche. Elle souhaite être intéressante, veut que l'on parle d'elle dans les journaux et, surtout, épater Jacob Skarre, l'enquêteur chargé de son interrogatoire.

D'autres habitants de Elvestad parlent également, pas spécialement à la police, mais entre eux. Commérages en tous genres qui finissent par mener vers un coupable potentiel. Rien n'est sûr, mais autant l'arrêter quand même.

La fin du roman arrive très vite après cette arrestation et nous laisse donc sur notre faim (sans mauvais jeu de mot) : impossible de savoir si l'inculpé est vraiment coupable. On ne sait pas non plus si la jeune ado obsédée par Jacob Skarre va s'en prendre à l'objet de tous ses désirs, comme elle l'a prévu (puisqu'il ne veut pas d'elle, il va le lui payer !). Peut-être le tome suivant apporte-t-il enfin la réponse à toutes les questions que je me pose encore sur ce récit ? Une suite à découvrir, donc.