couv57473927La Voix, Arnaldur Indridason

Titre original : Röddin

Edition : Points

400 pages

 

Résumé

Erlendur, Elinborg et Sigurdur Oli sont à nouveau confrontés à une enquête difficile. Quelques jours avant Noël, le trio est appelé dans un hôtel plutôt luxueux de Reikjavik. Le portier qui étant chargé d'y jouer le Père Noël pour animer le goûter des enfants du personnel vient d'être assassiné dans le cagibi qu'il occupe depuis près de vingt ans.

Qui a tué cet homme apparemment sans histoire ? Pourquoi est-il si seul, sans ami et brouillé avec sa famille ?

L'ambiance morose de l'enquête rejaillit sur le moral d'Erlendur, rattrapé par ses vieux démons. Il se souvient de la disparition de son frère et de ses problèmes relationnels avec ses enfants.

 

Commentaire

Que j'aime cette série !

Découvert avec Hiver arctique (qui, chronologiquement, se passe avant La Voix) Erlendur et sa personnalité si atypique est parvenu à me surprendre et à m'intéresser.

Cet opus des enquêtes d'Erlendur est très surprenant, en ce sens qu'il ne s'y passe pas grand chose. Elinborg et Sigurdur Oli sont peu présents, trop occupés à préparer Noël, et c'est surtout autour d'Erlendur que tourne le récit. On nous parle une fois de plus de son petit frère et de ses enfants, Eva Lind et Sindri Snaer et de leurs difficultés relationnelles. On en apprend beaucoup plus sur la vie d'Eva et sur les conséquences de son addiciton à la drogue. Marion Briem, l'ancienne supérieure d'Erlendur fait quelques apparitions et la rencontre avec Valgerdur (la petite amie d'Erlendur) a lieu dans ce roman.

Mais malgré cela, le personnage principal reste un mystère. Pourquoi décide-t-il de s'installer à l'hôtel pendant la durée de l'enquête au lieu de rentrer chez lui pour préparer le réveillon de Noël, comme ses collègues ? Il ne le sait pas lui-même. Pourquoi cette personnalité aussi secrète, aussi solitaire ? Est-ce uniquement dû au drame de son enfance, la disparition de son petit frère ?

Erlendur n'est d'ailleurs pas le seul solitaire du roman. Gudlaugur, la victime, était également un solitaire. Cet homme de près de 50 ans a été, dans sa jeunesse, un enfant-star. Petit chanteur doté d'une voix angélique (d'où le titre du polar), Gudlaugur était promis à un brillant avenir, pour la plus grande satisfaction de son père. Malheureusement pour le petit garçon, sa voix a mué alors qu'il faisait sa première grande présentation en public.

L'enfant prodige s'est disputé avec son père et avec sa grande soeur et il est devenu portier dans un grand hôtel. Sans ami et sans famille, il vit dans une pièce minuscule où il a regroupé quelques possessions terrestres : le peu de vêtements qu'il possède, deux disques qu'il a enregistrés quand il était enfant et une affiche du film La petite princesse avec Shirley Temple. Cette dernière intrigue beaucoup Erlendur et se révèlera d'une grande importance pour comprendre la personnalité de Gudlaugur.

La Voix était donc un excellent polar. Assez lent, le récit permet de suivre pas à pas l'histoire de Gudlaugur, qui se dessine sous nos yeux. Si certains éléments de sa vie passée se devinent facilement, l'identité du meurtrier, en ce qui me concerne, était totalement imprévisible. Comme pour Hiver arctique, les motivations du coupable étaient d'ailleurs très étonnantes : je m'attendais à quelque ressentiment personnel du meurtrier envers Gudlaugur, à une vengeance quelconque. Eh bien, pas du tout ; le motif de ce meurtre est particulièrement banal. Un grand bravo à M. Indridason pour ce dénouement imprévu.

 

081119_les_polars_scandinaves_aspx5516art_img15316_jpg_43670001_north_400x

Challenge Thrillers et Policiers scandinaves