couv9917501

L'Enchanteur, René Barjavel

Edition : Denoël

350 pages

untitled

Merci Niki pour toutes ces belles découvertes littéraires ! :-)

 

Résumé

(Présentation de l'éditeur)

" Il y a plus de mille ans vivait un Enchanteur qui se nommait Merlin. Il était jeune et beau, il avait l'oeil vif, malicieux, un sourire un peu tendre, un peu moqueur, des mains fines, la grâce d'un danseur, la nonchalance d'un chat, la vivacité d'une hirondelle. Le temps passait sur lui sans le toucher. Il avait la jeunesse éternelle des forêts.

Pour les hommes, il était l'ami, celui qui réconforte, qui partage la joie et la peine et donne son aide sans mesurer. Et qui ne trompe jamais.

Pour les femmes, il était le rêve. Elles n'étaient pas amoureuses de lui, ce n'était pas possible, il était trop beau, inaccessible, il était comme un ange. Seule Viviane l'aima, pour son malheur, pour son bonheure peut-être, pour leur malheur ou leur bonheur à tous les deux, nous ne pouvons pas savoir, nous ne sommes pas des enchanteurs.

C'est l'histoire de leurs amours, et des amours de Lancelot et de la Reine, et de Perceval et Bénie, et les exploits des grands chevaliers légendaires, en des pays fabuleux, que Barjavel raconte dans ce livre, avec une simplicité d'écriture qui rejoint la fraîcheur naïve des récits anciens. Et avec sa poésie et son humour habituels. "

 

Commentaire

Merci Niki pour ce formidable roman !

De Barjavel, je n’avais lu que Le grand secret. Mais j’avais beaucoup entendu parler de ses autres œuvres, notamment de La nuit des temps et de L’Enchanteur. Maintenant que j’ai lu ce dernier, si on me demandait mon préféré entre L’Enchanteur et Le grand secret, je n’hésiterais pas une seconde. Car même si j’ai beaucoup aimé le second, j’ai adoré L’Enchanteur.

Dès les premières pages, Barjavel nous plonge dans le vif su sujet : celui de la légende arthurienne et de l’histoire d’amour mythique entre Merlin et Viviane.

 

«  Il y a plus de mille ans vivait en Bretagne un Enchanteur qui se nommait Merlin.

Il était jeune et beau, il avait l’œil vif, malicieux, un sourire un peu moqueur, des mains fines, la grâce d’un danseur, la nonchalance d’un chat, la vivacité d’une hirondelle. Le temps passait sur lui sans le toucher. Il avait la jeunesse éternelle des forêts.

(…)

Pour tous, il était l’irremplaçable, celui qu’on voudrait ne jamais voir s’en aller, mais qui doit partir un jour.

Quand il quitta le monde des hommes, il laissa un regret qui n’a jamais guéri. Nous ne savons plus qui est celui qui nous manque et que nous attendons sans cesse, mais nous savons bien qu’il y a une place vide dans notre cœur. »

 

couv20876456

La légende des chevaliers de la Table Ronde et de la quête du Graal m’a toujours fascinée, même si je n’ai pas lu beaucoup de choses à ce sujet. Seuls quelques extraits de Chrétien de Troyes ont été étudiés à l’occasion de mon cours de français, me poussant à acheter Lancelot ou Le Chevalier de la Charrette de Chrétien de Troyes.

Mais même si l’on manque de repères littéraires au sujet du roi Arthur et de ses chevaliers (comme c'est mon cas), on le connaît. Ne serait-ce qu’instinctivement. Et, la plupart du temps, son histoire fascine. Sans doute à cause du mystère qui l’entoure.

Cette atmosphère de mystère est justement bien rendue par Barjavel. Même s’il nous plonge au cœur des événements et des diverses aventures des chevaliers de la Table Ronde, Barjavel laisse planer une certaines incertitude sur de nombreux éléments : quel chevalier lèvera le voile du Graal ? Que peut-on voir lorsque ce voile est soulevé ? Merlin et Viviane pourront-ils vivre leur amour ? Ces informations ne nous sont révélées qu’avec parcimonie, voire pas du tout. Et cela donne envie d’en apprendre encore plus sur le Roi Arthur.

La plume de Barjavel est toujours aussi efficace que dans Le grand secret. Il nous transporte hors du temps, jusqu’à cette époque indistincte où évoluent Merlin, Arthur, Lancelot et les autres. Conteur de talent, Barjavel nous fait vivre son histoire « de l’intérieur » : c’est un choc, lorsque l’on referme le livre, de se retrouver à nouveau au XXIème siècle.

Contrairement à ce que pourrait laisser supposer son titre, L’Enchanteur ne se concentre pas uniquement sur Merlin. Barjavel alterne les personnages et les points de vue, ce qui nous permet d’avoir une bonne connaissance de chacun d’entre eux : il y a Perceval, foncièrement honnête et assez innocent (c’est mon personnage préféré ; j’aime sa fraîcheur et sa spontanéité) ; Lancelot, tourmenté par son amour pour la reine Guenièvre ; Gauvain dont la force croît et décroît en une seule journée ; Viviane, la « bonne fée » de l’histoire, la Dame du Lac, belle et bienveillante.

Malgré ces belles personnalités, L’Enchanteur est loin du conte de fées. Certains personnages sont donc malfaisants. C’est le cas de Morgane, la sœur du roi Arthur, qui pactise avec le Diable. Ce dernier étant le père de Merlin, il tente plus d’une fois d’égarer les actions de son fils.

L’action est bien présente tout au long du roman et se déroule dans des décors somptueux que Barjavel décrit avec beaucoup de talent : forêts obscures et mystérieuses, pays inconnus, sur terre ou sur mer… La quête du Graal fait voir du pays aux chevaliers de la Table Ronde. La magie de Merlin et celle de Viviane animent également le récit qui, plus d’une fois, nous fait passer par toutes les émotions possibles : crainte pour la vie de nos personnages préférés, tristesse à la lecture des malheurs de certains chevaliers ou de leurs dames (mères ou amantes), émerveillement lors de la description du Lac de Viviane.

Alors qu’elle était efficace et précise dans Le grand secret, la plume de Barjavel se fait ici douce et délicate. L’humour, la romance et la poésie sont au rendez-vous dans L’Enchanteur et rendent ce roman inoubliable.

 

L'Enchanteur a fait l'objet d'une lecture en duo avec Kidae. Son avis est par ici.

L'avis de Niki est ici (allez le lire, Niki nous offre une très belle analyse de L'Enchanteur). Suzanne l'a lu également : son avis est ici.

 

 

Des envies ?

Pictures7 (2)

 

Continuer ma découverte de l’œuvre de Barjavel, notamment grâce aux Dames à la licorne, qui se trouve quelque part dans ma bibliothèque, et à La nuit des temps, répertorié dans ma wish-list.

Et en apprendre encore et toujours plus sur la légende arthurienne grâce à plusieurs romans : Chrétien de Troyes, cité plus haut ; The Book of Merlyn de T.H. White (encore un cadeau de Niki) ; La Saga du Roi Arthur, trilogie de Bernard Cornwell.

 

tumblr_lhepwr3E0u1qa82tco1_500_large

Lecture en duo du Café la Jasette : Avec Kidae