couv4717677

La peau sur les os, Stephen King

Titre original : Thinner

Edition : J'ai lu

Traduction : François Lasquin

376 pages

Publié sous le pseudonyme 'Richard Bachman'

 

Résumé

(Présentation de l'éditeur)

" Billy Halleck, bon époux, bon père, vit dans le Connecticut et exerce son métier d'avocat à New York. Boulimique, il pèse plus de cent kilos.

Un jour, il tue accidentellement en voiture une vieille gitane. Sa position de notable lui vaut de n'être condamné qu'à une peine de principe et les Gitans sont expulsés de la ville. C'est alors que Billy commence à maigrir, et de plus en plus. Il a beau se gaver, rien ne peut enrayer cette perte de poids qui risque l'amener à une issue fatale. Terrifié, il comprend alors que le chef de la tribu gitane lui a jeté un sort... "

 

Commentaire

L'intrigue de La peau sur les os peut sembler étrange au premier abord et, pourtant, parmi les romans de Stephen King, c'est l'un des plus réalistes que j'ai lu. Pas telement à cause du récit, mais grâce à son héros, Billy Halleck.

Il faut dire que l'intrigue de base est assez simple. Billy est obèse et ne s'en inquiète pas trop : bien sûr, il n'a pas un physique de rêve, mais même si cela l'ennuie parfois un peu, il ne s'en soucie pas tant que ça. Néanmoins, quand il commence à maigrir, il est tout joyeux. Jusqu'à ce qu'il se rende compte que le phénomène, loin de se calmer, risque de le tuer…

Nous vivons dans une époque où l'apparence physique occupe presque le premier plan de nos existences. Il n'y a qu'à jeter un coup d'œil aux couvertures des magazines féminins dès qu'approche l'été : on vous propose les derniers régimes à la mode pour rentrer dans vos bikinis une fois les vacances arrivées. On vous suggère de faire de l'exercice (pas pour préserver votre santé mais pour être mince). On vous conseille d'utiliser de l'auto-bronzant si votre peau ne supporte pas le soleil (pas question d'arriver sur la plage avec une peau de la couleur d'un cachet d'aspirine, ce serait honteux). De nos jours, être mince, dynamique et bronzé est devenu un signe extérieur de maîtrise personnelle. C'est une manière de faire comprendre aux autres que l'on sait gérer toutes les facettes de notre existence. Cela prouverait presque que les gens comme Billy sont des bons à rien.

C'est un peu pour cela que j'aime bien Billy malgré son côté anti-héros. Il va à l'encontre des modèles de notre époque et j'aime bien les personnages de roman qui sortent de l'ordinaire, qui ne se fondent pas dans le moule que la société réelle nous impose. En fait, j'ai tendance à être très conformiste moi-même (plus par timidité que par manque de personnalité, parce que je préfère passer inaperçue et ne pas me faire remarquer), du coup j'adore les personnages de romans qui prennent le contre-pied des tendances (sociales ou autres) : je me rebelle par personne interposée en quelque sorte.

 

La peau sur les os, c'est aussi un bon suspense. On suit Billy pas à pas, on panique avec lui, on se demande ce qu'il va lui arriver : va-t-il maigrir jusqu'à en mourir ? Ou l'amaigrissement va-t-il s'arrêter à la limite du supportable ?Billy est de plus en plus seul, rejeté par tous et, finalement, il n'est pas plus heureux mince que gros. le regard des autres le fait toujours autant souffrir.

Ce roman de Stephen King part donc d'une intrigue très simple pour nous emmener sur des chemins sombres et tortueux. Une preuve de plus de l'inépuisable imagination du maître du fantastique et de son incomparable maîtrise du suspense.

 

tumblr_lhepwr3E0u1qa82tco1_500_large

Lecture en duo du Café la Jasette : Avec Alexy