couv1450180

Le Diable dans la Ville blanche, Erik Larson

Titre original : The Devil in the White City

Edition : Le Livre de Poche

Traduction : Hubert Tézenas

Nombre de pages : 598

 

 

Résumé

(Présentation de l'éditeur)

" 1893 : à l’occasion de l'Exposition universelle de Chicago, l’architecte Daniel H. Burnham est chargé de créer une cité de rêve, la Ville blanche. Dans l'ombre du chantier, H. H. Holmes, un jeune et séduisant médecin, est en réalité l'un des tueurs en série les plus terrifiants de l'histoire du crime. Dans l’hôtel où il attire ses victimes, il a installé une chambre de torture et un four crématoire. Deux cents personnes sans doute, des femmes surtout, n’en réchapperont pas. Un document exceptionnel où l’on constatera, une fois de plus, que la réalité dépasse toujours la fiction. "

 

Commentaire

Je ne sais pas si je suis bon public ou si j'ai de la chance dans mes choix de lectures en ce moment, mais voilà encore un livre qui m'a beaucoup plu.

Je ne parlerais pas de "coup de cœur" car les événements qui nous sont relatés sont assez terrifiants, mais cette lecture est quand même une excellente découverte.

Au début, j'avoue avoir été légèrement déconcertée. Je ne comprenais pas trop le rapport entre la vie de Daniel Burnham (l'architecte de l'Exposition universelle colombienne de Chicago) et H.H. Holmes (l'un des premiers serial-killers américains) mais, petit à petit, j'ai compris pourquoi l'histoire de ces deux hommes nous est relatée en alternance.

Plus d'une fois, en effet, Erik Larson oppose « La Ville blanche » à « La Ville noire ». La Ville blanche est le nom qui fut donné à l'Exposition universelle car les bâtiments construits pas les architectes ont été construits selon un modèle très classique et peints en blanc crème. Pendant sa durée, l'Exposition a symbolisé les "bons côtés" de Chicago : son esprit d'entreprise, sa ténacité, sa capacité à d'améliorer.

La Ville noire, par contre, est tout ce qui entoure l'Expo ; c'est la ville de Chicago dans ce qu'elle a de plus laid, de plus sombre et de plus inquiétant : les abattoirs, la fumée, les ruelles sombres et malodorantes, les disparitions inexpliquées de milliers de personnes chaque année.

Et justement, Burnham et Holmes incarnent ces deux facettes de la ville, l'architecte étant le créateur de la ville blanche et le meurtrier en série profitant de l'anonymat de Chicago pour commettre ses méfaits. D’ailleurs, l’ouverture de l’Exposition promettant d’attirer une certaine foule à Chicago, Holmes va en profiter et transformer son immeuble en hôtel où il espère attirer des touristes (attention, spoilers… et des victimes potentielles ! Tout cela permet de comprendre les liens entre le meurtrier et l’Exposition universelle colombienne et ce titre de Diable dans la Ville blanche.

Du coup, l’alternance des chapitres se comprend, elle aussi, beaucoup mieux. Et l’on profite beaucoup plus des explications concernant la construction de cette Exposition universelle et la carrière des différents architectes y ayant participé.

Au fil des chapitres, j’ai d’ailleurs commencé à apprécier de plus en plus ces passages sur l’Expo. On nous y explique les difficultés rencontrées lors de sa construction, les problèmes socio-économiques de l’Amérique de l’époque (faillites nombreuses, émergence des syndicats, travailleurs en grève…) et les doutes des différents architectes, craignant de ne pas avoir terminé leurs conceptions respectives pour l’inauguration de l’Expo. On sent qu’un véritable vent de modernité commence à souffler sur Chicago. De nouvelles techniques de construction sont mises en place, la première « grande roue » est créée, de nouvelles saveurs sont proposées aux visiteurs de l’Exposition (premiers chewing-gums, Shredded Wheat…)

Les chapitres consacrés à Holmes sont tout aussi fascinants, mais pour d’autres raisons. (Attention, spoilersJe me suis demandée plus d’une fois comment il était possible, pour un être humain, d’imaginer de telles techniques de torture de ses semblables. Comment a-t-il fait pour passer inaperçu pendant autant d’années, pour commettre ses méfaits en toute impunité ? La fascination qu’il exerce sur les personnes avec lesquelles il interagit n’explique pas tout, son intelligence non plus.

Finalement, Le Diable dans la Ville blanche est un roman qui nous parle d’une époque éblouissante ou les hommes étaient capables du pire comme du meilleur. Et, heureusement, les « méchants » ne sont pas toujours gagnants…

 

2014_p11

Des pavés sur la plage : 8/17

challenge_ete_2014_Saefiel_zps758a96d0

Challenge de l'été 2014 : 9/20