le-roi-fantome-100501-250-400

Le roi fantôme, Pearl Buck

Titre original : Death in the Castle

Edition : Le Livre de Poche

Traduction : Lola Tranec

Nombre de pages : 314

 

 

 

 

Résumé

(Présentation de l'éditeur)

" Conserver Staboraugh Cassie est devenu un luxe que Sir Richard et Lady Mary ne peuvent plus se permettre. Ils se voient dans l'obligation de vendre. Un acheteur s'est présenté, un Américain qui se propose de transformer le château en musée. La solution est digne du passé de cette demeure qui accueillit pendant cinq siècles les rois d'Angleterre avant d'être, cinq autres siècles durant, la résidence des Sedgeley. Ce que n'avaient compris ni Sir Richard ni Lady Mary, c'est que John Blayne veut transporter leur château pierre par pierre aux Etats-Unis. Rompre les pourparlers en criant au sacrilège est leur première réaction, mais comment trouver l'argent si nécessaire ? A moins de dénicher un trésor par quelque miracle - un miracle que Lady Mary va implorer des hôtes invisibles de sa maison. Est-elle folle ou les fantômes existent-ils ? De curieux incidents se produisent à la suite desquels John Blayne a bonne envie de laisser tomber l'affaire. Seulement, il y a Kate, la mystérieuse jeune fille au statut mal défini, si aimée des Sedgeley, si attachée à les défendre. A cause du mystère Kate, John restera pour affronter les fantômes et les secrets de la vieille demeure. "

 

Commentaire

Ce roman de Pearl Buck nous plonge dans une atmosphère particulièrement étrange.

Tout commence relativement bien. Même si Sir Richard et son épouse, Lady Mary, n'ont plus les moyens d'assumer les frais d'entretien de leur château, Starborough Castle, les deux vieux aristocrates forment un beau couple : très unis (malgré le fait qu'ils n'ont pas d'enfant), ils apprécient beaucoup la compagnie l'un de l'autre. Ils sont également très sympathiques avec leurs domestiques, le vieux Wells et sa petite-fille, Kate. Cette dernière occupe d'ailleurs une place mal définie dans le château, entre fille de la famille et femme de chambre.

Afin de régler définitivement leurs problèmes d'argent, Sir Richard a décidé de vendre Starborough Castle à John Blayne, un jeune Américain qui souhaite transformer le château en musée. Seulement, une fois Blayne arrivé, Sir Richard et Lady Mary comprennent que l'Américain ne veut pas faire traverser l'Océan Atlantique à la collection de tableaux de sa mère décédée. Blayne souhaite plutôt transporter Starborough Castle jusqu'aux Etats-Unis...

Tout cela semble promettre un roman très terre à terre, traitant des problèmes d'entretien des grandes propriétés. Et pourtant, une fois bien plongé dans le roman, on se rend compte que l'intrigue va être bien plus compliquée que prévu : Lady Mary croit aux fantômes et se lance dans une chasse au trésor qui devrait lui permettre de régler ses problèmes d'argent sans vendre son château ; Sir Richard semble souffrir de troubles de la personnalité ; et Kate semble avoir un passé plus compliqué que celui d'une simple femme de chambre.

Mais ces complications ne sont pas désagréables pour autant. Au début, on se demande un peu ce qu'il se passe et de nombreux agissements des personnages paraissent un peu farfelus. Mais le dénouement du roman permet de réellement comprendre le but poursuivi par Pearl Buck tout au long du Roi fantôme : petit à petit, elle distille certains indices nous permettant de comprendre que (attention, spoilers : sélectionnez le texte avec votre souris pour pouvoir le lire) Sir Richard est malade depuis de nombreuses années et souffre de problèmes psychiatriques.

La plume de Pearl Buck est toujours aussi agréable que dans Vent d'Est, vent d'Ouest et son récit délicat et presque poétique nous plonge véritablement dans le monde des vieilles demeures anglaises qui tombent presque en ruine par manque d'entretien. On finit par réellement plaindre Sir Richard et Lady Mary, ce vieux couple qui doit se séparer du château dans lequel ils ont passé leurs meilleures années.

Les vieux murs du château deviennent eux-mêmes très attachants au fur et à mesure de la lecture. Pearl Buck décrit tellement bien l'atmosphère de ce château et son histoire, que l'on s'y attache autant que ses propriétaires.

Le roi fantôme est un très beau récit, qui se lit rapidement et forme une belle parenthèse entre des lectures plus contemporaines.

 

pictur10

Défi "Spécial PAL" du Café la Jasette