histoire-d-une-mouette-et-du-chat-qui-lui-apprit-a-voler-515332

Histoire d'une mouette et du chat qui lui apprit à voler, Luis Sepulveda

PEB2269

 

Titre original : Historia de una gaviota y del gato que le enseñó a volar

Edition : Métailié

Traduction : Anne-Marie Métailié

Nombre de pages : 117

 

 

 

Résumé

Kengha, une mouette grise, a été prise dans une vague noire. Le pétrole l'alourdit et l'empêche de voler. La mouette sait qu'elle va mourir, empoisonné lentement par la substance poisseuse qui colle à son petit corps. Kengha rassemble ses forces et entame son dernier vol. Elle atterrit sur le balcon de la famille de Zorbas, un grand chat noir et gros.

La mouette fait promettre à Zorbas de veiller sur l'œuf qu'elle va pondre. Le chat s'engage à ne pas manger le petit et à lui apprendre à voler.

 

Commentaire

Très beau conte philosophique, l'Histoire d'une mouette et du chat qui lui apprit à voler est un véritable hymne à l'entraide et à l'amitié malgré la différence.

Malgré un début difficile (les détails de l'agonie de Kengha sont assez tristes), ce court roman est très agréable. Zorbas étant ami avec divers chats de son quartier, il leur demande de l'aide pour gérer l'éducation de la jeune mouette. Très vite, les chats envahissent le récit et l'humour est alors au rendez-vous.

En très peu de pages et à l'aide d'un récit à première vue simpliste, Sepulveda parvient pourtant à développer des thèmes importants :

- critique de la pollution, tout d'abord. Les êtres humains et leur négligence sont sans conteste désignés comme responsables de la mort de Kengha ;

- amitié, ensuite. Les chats du quartier sont tous bons amis, malgré quelques rivalités (habituelles dans le monde des félins). Cette amitié devient même de l'amour lorsqu'il est question de la relation entre Zorbas et la petite mouette ;

- entraide. Les chats se lancent dans de nombreuses recherches afin de comprendre comment éduquer un bébé mouette et, surtout, comment lui apprendre à voler. Les différences entre nos amis félins sont, à ce moment-là, (presque) oubliées et chacun met de côté ses préjugés sur l'autre afin de trouver LA solution, celle qui permettra à Zorbas de tenir sa promesse.

L'Histoire d'une  mouette et du chat qui lui apprit à voler peut se lire à tout âge. Des parents pourraient choisir de le lire à leurs enfants pour les endormir et leur assurer de jolis rêves. Des adultes qui ont envie de s'évader de notre monde parfois morose pourraient se plonger dans cette histoire de chats et oublier pour un temps leur tracas. C'est peut-être cela la plus grande victoire de Sepulveda avec ce récit : il parvient à réunir animaux et humains, toutes origines et générations confondues.

 

Extraits

"  - Je vais pondre un œuf. Avec les denières forces qui me restent je vais pondre un œuf. Chat, mon ami, on voit que tu es bon, que tu as de nobles sentiments. Je vais te demander de me promettre trois choses. Tu vas le faire? demanda-t-elle en secouant maladroitement ses pattes dans un essai manqué pour se redresser.

Zorbas pensa que la pauvre mouette délirait et qu'avec un oiseau dans un état aussi lamentable on ne pouvait qu'être généreux.

- Je te promets tout ce que tu voudras. Mais maintenant repose-toi, miaula-t-il avec compassion. "

 

" Le chat grand noir et gros prenait le soleil sur le balcon en ronronnant et en pensant comme c'était bon d'être là à recevoir les rayons du soleil, le ventre en l'air, les quatre pattes repliées et la queue étirée. "

 

" Tu es une mouette. (...) Nous t'aimons tous Afortunada. Et nous t'aimons parce que tu es une mouette, une jolie mouette. Nous ne te contredisons pas quand tu cries que tu es un chat, car nous sommes fiers que tu veuilles être comme nous, mais tu es différente et nous aimons que tu sois différente. Nous n'avons pas pu aider ta mère, mais toi nous le pouvons. Nous t'avons protégée depuis que tu es sortie de ton oeuf. Nous t'avons donné notre tendresse sans jamais penser à faire de toi un chat. Nous t'aimons mouette. Nous sentons que toi aussi tu nous aimes, que nous sommes tes amis, ta famille, et il faut que tu saches qu'avec toi, nous avons appris quelque chose qui nous emplit d'orgueil : nous avons appris à apprécier, à respecter et à aimer un être différent. Il est très facile d'accepter et d'aimer ceux qui nous ressemblent, mais quelqu'un de différent c'est très difficile, et tu nous as aidés à y arriver. Tu es une mouette et tu dois suivre ton destin de mouette. Tu dois voler. Quand tu y arriveras, Afortunada, je t'assure que tu seras heureuse et alors tes sentiments pour nous et nos sentiments pour toi seront plus intenses et plus beaux, car ce sera une affection entre des êtres totalement différents. "

 

" - Je vole ! Zorbas ! Je sais voler ! criait-elle euphorique depuis l'immensité du ciel gris.

L'humain caressa le dos du chat.

- Eh bien, chat, on a réussi, dit-il en soupirant.

- Oui. Au bord du vide, elle a compris le plus important, miaula Zorbas.

- Ah oui ? Et qu'est-ce qu'elle a compris ? demanda l'humain.

- Que vole celui qui ose le faire, miaula Zorbas.

- Je pense que maintenant ma compagnie te gêne. Je t'attends en bas.

Et l'humain s'en alla.

Zorbas resta à la contempler jusqu'à ne plus savoir si c'étaient les gouttes de pluie ou les larmes qui brouillaient ses yeux jaunes de chat grand noir et gros, de chat bon, de chat noble, de chat du port. "

 

" Car les humains sont en général incapables d'accepter qu'un être différent d'eux les comprenne et essaye de se faire comprendre. Par exemple, les chats étaient au courant du triste sort des dauphins, qui s'étaient comportés de façon intelligence avec les humains et que ceux-ci  avaient condamnés à faire les clowns dans des spectacles aquatiques. Et ils savaient aussi les humiliations que les humains font subir à tout animal qui se montre intelligent et réceptif avec eux. Par exemple, les lions, les grands félins, ont été obligés de vivre derrière des grilles et d'accepter qu'un crétin mette sa tête dans leur gueule, les perroquets sont en cage et répètent des sottises. "

 

 

Lagaffe (2)

Défi Spécial PAL du Café la Jasette : 3/12