Bilan de mes relectures - Dracula, Death Comes to Pemberley

 

couv61057943

Dracula, Bram Stoker

J'ai terminé ma relecture de Dracula et mon avis au sujet de ce roman n'a pas changé : il figure toujours parmi mes préférés.

J'aime les romans gothique et j'aime les récits épistolaires. Comme Dracula combine les deux styles, il est normal que ce récit me plaise.

J'ai également beaucoup apprécié le fait de revenir aux origines du mythe du vampire et de relire ce récit où ces créatures sont considérées comme dangereuses malgré la séduction qu'ils exercent sur les humbles mortels. Dans la plupart des romans contemporains, les auteurs se contentent de rendre leurs vampires séduisants, en passant un peu sous silence le côté dangereux de ces créatures (si comme moi vous avez lu TwilightTrueblood et Vampire Academy, vous comprendrez de quoi je parle). Bram Stoker, étant donné l'époque à laquelle il écrivait, ne s'est pas lancé dans ce genre de roman où humains et vampires cohabitent en paix. Chez lui, les vampires et les êtres humains s'affrontent.

Malgré tout, certains humains ont pitié de l'âme torturée des vampires. C'est le cas de Mina Harker qui, loin de considérer Dracula comme une créature malfaisante qu'il faut absolument éliminer, se montre sensible aux souffrances que doit endurer cette âme damnée. J'ai apprécié ce trait de caractère de Mina et le fait qu'elle se montre bienveillante envers une créature certes cruelle mais surtout malheureuse. 

Les autres personnages sont tout aussi intéressants et j'ai aimé retrouver ce groupe d'amis et de collègues qui unissent leurs forces pour lutter contre Dracula.

 

couv64628347Death Comes to Pemberley, P.D. James

Ma première lecture de ce polar "austenien" de P.D. James m'avait laissée sur ma faim. Je n'y avais pas retrouvé les traits de caractère respectifs d'Elizabeth et de Darcy, malgré un début plutôt prometteur.

Cette relecture m'a permis de beaucoup plus apprécier ce roman.

Les personnages sont toujours aussi éloignés des "originaux" de Jane Austen mais on finit par s'y habituer. Et une fois que l'on oublie de râler parce que Darcy n'est plus lui même et qu'Elizabeth semble s'être embourgeoisée, on passe même un très bon moment de lecture.

J'ai donc très bien fait de persévérer en ce qui concerne ce roman et de l'avoir relu.

Mon seul regret est de ne pas avoir attendu l'automne pour le lire. C'est le genre de polar qui se lit beaucoup mieux lorsqu'il fait frais, sombre et même pluvieux, un petit peu comme les conditions climatiques qui règnent à Pemberley au début du roman, quand Elizabeth prépare le Bal de Lady Anne...

 

Et vous, relisez-vous certains romans ? Appréciez-vous vos relectures ?