couv37313031

L'amant de Lady Chatterley, D.H. Lawrence

102296414_o

Titre original : Lady Chatterley's Lover

Edition : Gallimard (Folio)

Nombre de pages : 489

 

 

 

Résumé

(Présentation de l'éditeur)

" Le roman le plus connu de D.H. Lawrence. Son succès repose sur l'idée que c'est le chef-d'oeuvre de la littérature érotique, l'histoire d'une épouse frustrée, au mari impuissant, et qui trouve l'épanouissement physique dans les bras vigoureux de son garde-chasse. Mais l'importance du livre est dans la peinture d'un choc historique et social qui constitue le monde moderne. Entre la communauté rurale anglaise et le monde industriel, c'est tout le tissu d'un pays qui se déchire. La forêt du roman, où vit Mellors, le garde-chasse, représente le dernier espace de sauvagerie et de liberté ; lady Chatterley l'y retrouve et s'y retrouve, tout en voyant basculer son univers habituel. Ce roman poétique doit être lu comme un mélange de voyage initiatique, de descente aux enfers, comme une grande lamentation sur l'état de l'Angleterre, aux échos bibliques. L'intrigue amoureuse séduit à une première lecture ; mais le roman a une valeur historique et symbolique "

 

Commentaire

J’ai acheté L’amant de Lady Chatterley il y a quelques années. A l’époque, j’étais encore étudiante en traduction-interprétation et souhaitais améliorer ma connaissance des classiques de la littérature des pays dont j’étudiais les langues. J’ai donc profité des connaissances inépuisables de mes professeurs de littératures anglaise et espagnole : j’ai pioché, dans l’ensemble de leurs cours, des titres représentatifs d’une certaine époque ou d’un certain mode de pensée.

Une grande partie de l’œuvre de D.H. Lawrence s’est donc retrouvée sur ma liste « Angleterre ». A juste titre, car comme me l’a révélé ce premier contact avec l’œuvre de ce monstre sacré de la littérature, L’amant de Lady Chatterley transcende effectivement l’époque qu’il décrit.

Nous sommes dans la période de l’entre-deux guerres, dans les Midlands. Constance, notre héroïne, s’est installée à Wragby, la demeure des Chatterley, avec son mari, Clifford, devenu Lord Chatterley depuis la mort de son père.

Clifford est infirme depuis sa participation aux combats de la Première Guerre mondiale. Il est aussi impuissant, ce qui le désespère, puisqu’il voudrait un héritier mâle qui lui succède à la tête de Wragby.

Constance, de son côté, s’ennuie auprès de ce mari féru de littérature (Clifford devient un auteur publié et remporte un certain succès).

Ses rencontres avec Michaelis d’abord (lui aussi est un auteur et est plus d’une fois invité à Wragby par Clifford) et avec Mellors ensuite vont bouleverser Constance et la pousser à s’interroger sur ce qu’elle considérait jusque là comme des certitudes.

 

L’amant de Lady Chatterley est tout d’abord un roman d’amour. Les scènes érotiques sont effectivement bien présentes. Mais, à notre époque, difficile d’être choqués par une telle illustration des sentiments de Mellors et Constance. A l’époque de la publication de ce roman, toutefois, Lawrence a certainement choqué les bourgeois et ce roman a d’ailleurs été considéré comme violant la loi sur les publications obscènes (le Obscene Publications Act de 1959). 

Mais le sexe n’est pas le seul sujet de ce roman. On peut en effet y voir aussi une certaine opposition/comparaison entre la « vieille » Angleterre et la modernité. Wragby semble être une demeure hors du temps, enfermée dans une tradition pourtant quelque peu dépassée. Les mines, visibles depuis le domaine des Chatterley, représentent la modernité. Michaelis, le premier amant de Constance, peut en quelque sorte être considéré, lui aussi, comme un symbole de cette « nouvelle » Angleterre qui s’annonce : homme du commun, il s’est élevé bien au-dessus de sa condition grâce au succès qu’il remporte sur le plan littéraire. Ce succès qui lui vaut d’ailleurs l’admiration (et l’envie) de Clifford, pourtant aristocrate…

L’amant de Lady Chatterley illustre donc le fait que les classes sociales sont mises à mal par la modernité qui s'installe. Les clivages sociaux, s’ils sont encore présents, sont moins marqués qu’avant la guerre et, plus d’une fois au cours de la lecture de ce beau roman (et surtout de la magnifique plume de son auteur), on se rend compte que des gens comme Clifford sont mal armés pour faire face à une telle évolution. Certes, Lord Chatterley s’engage dans la modernisation de ses mines, il se tient au courant de ce qu’il se passe autour de son domaine (grâce aux bavardages de son infirmière), mais on le sent pourtant comme étant d’une autre époque… Peut-être à cause de son infirmité, l’immobilisme du corps se reflétant alors dans l’immobilisme de sa classe sociale ?

Constance, semble s’adapter beaucoup mieux aux changements. Elle est décrite au début du roman (et plus d’une fois par la suite) comme étant une « beauté démodée », pleine et ronde, avec une cascade de boucles brunes en guide de chevelure ; et donc à l’encontre du modèle « garçonne » qui fait fureur à l’époque. Néanmoins, Constance n’a pas cette espèce de conscience de sa supériorité dont fait parfois preuve Clifford. Si ce dernier est très « Lord Chatterley », Constance pourrait aussi bien être Mrs Smith que Lady Chatterley : elle ne m’a jamais parue, à aucun moment du récit, imbue de sa position ou du titre que son mariage lui a procuré.

C’est certainement dû au fait que Constance est, d’abord et avant tout, une femme (et non une aristocrate). Elle est faite pour l’amour, pour le ressentir et le provoquer chez les autres. Elle est faite pour la maternité (sa description physique nous le prouve également) et pour les plaisirs simples qu’apporte un foyer heureux. Dès le début, on comprend que son mariage avec Clifford n’est pas idéal. Malgré la patience et l’abnégation dont Constance fait preuve en s’occupant de Clifford, on perçoit une certaine disharmonie dans ce couple : lui n’est pas assez amoureux ou, en tout cas, pas assez démonstratif pour une femme comme la sienne.

J’espère pouvoir le faire comprendre grâce à mon modeste avis : L’amant de Lady Chatterley est bien plus que le roman d’amour dont il a la réputation. C’est un récit extrêmement bien écrit, parfois cru mais toujours juste. C’est le miroir d’une époque. C’est aussi une analyse très poussée de la mentalité et des sentiments de l’ensemble des personnages qu’il nous est donné de rencontrer.