couv25013358

Le secret d'Aiglantine, Nicole Provence

102296414_o

Edition : JCL

Nombre de pages : 364

 

 

 

 

Résumé

Nous sommes en novembre 1869 à Messimy, un petit village près de Lyon.

Firmin Métailler rentre chez lui et y découvre le corps sans vie de son épouse, Amélie. Firmin pense d'abord qu'Amélie est décédée de mort naturelle, ses problèmes de surpoids ayant pu provoquer une crise cardiaque. Après tout, la veloutière pèse plus de 100 kilos et n'est plus que l'ombre de la belle jeune fille qu'elle était... Mais voilà que Firmin découvre des traces de strangulation sur le cou du cadavre !

Emilien Gontard, le maréchal des logis-chef, est appelé à Messimy afin de constater le meurtre de la veloutière et d'ouvrir une enquête à ce sujet. Le jeune Gontard découvre plusieurs éléments de preuve qui ne laissent plus place à aucun doute : Amélie a bien été assassinée.

Reste à savoir par qui et, surtout, pourquoi, Amélie n'ayant pas d'ennemis connus. Toutefois, le passé de la veloutière semble receler bien des secrets. Et celui de sa fille, la belle Aiglantine, est tout aussi mystérieux... 

 

Commentaire

Bonne nouvelle (pour moi du moins) : Internet fonctionne à nouveau normalement. Les chats ayant jeté le modem par terre (bande de délinquants félins), ma connection avait en effet quelques soucis depuis ce matin. Apparemment, les problèmes sont réglés et je peux donc venir vous parler de ce polar historique, que j'ai terminé hier soir.

Plusieurs éléments font de ce roman une lecture parfaite à la fois pour se détendre, mais aussi pour se ronger les ongles en attendant que le dénouement de l'enquête soit enfin révélé.

Tout d'abord, le récit est parfaitement documenté. J'ai appris beaucoup de choses sur un sujet que je connais très mal : celui des canuts et canuses de la ville de Lyon. Nicole Provence utilise un système de notes de bas de page très complet qui nous permet de mieux comprendre ce vocabulaire spécialisé de tout ce petit monde. On entre donc de plain-pied dans la vie de ces hommes et femmes qui tissaient le velours de soie.

Ensuite, l'héroïne du roman, Aiglantine, m'a parue très sympathique. Amélie également car, même si on ne la rencontre que très peu, nous faisons sa connaissance par le biais de sa fille. Ces deux femmes sont très indépendantes et modernes pour leur époque. 

Amélie, dans sa jeunesse, refuse l'avenir tout tracé pour elle et part à Lyon. Mais elle en revient un an plus tard et épouse Firmin. Que s'est-il passé à Lyon ? Amélie n'en parle à personne, devient canuse et commence à prendre régulièrement du poids. Aiglantine suivra plus ou moins le même parcours, partant à Lyon pour (dit-elle) apprendre à tisser le jacquard. Elle restera plusieurs années en ville avant de revenir à Messimy avec de beaux meubles et des livres, chose assez rare pour une canuse.

Les années que ces deux femmes ont passé en ville intriguent donc tout le village (et surtout les mauvaises langues, qui s'en donnent à coeur joie) et seront également (attention, spoiler) à la source de tout le mystère entourant la mort d'Amélie.

Venons-en à l'enquête en tant que telle. Celle-ci est rondement menée par Nicole Provence, qui nous plonge dans un mystère en apparence insoluble. Je me suis demandée tout au long de ma lecture qui pouvait bien avoir étranglé Amélie, sans jamais parvenir à deviner l'identité du coupable. J'ai finalement été aussi soulagée qu'Aiglantine et son amie Louise lorsque le coupable est enfin arrêté lors d'un huis clos du genre de ceux d'Agatha Christie, où les personnages se révèlent tous leurs secrets.

Ce roman est parfait pour les lecteurs qui apprécient l'histoire, pour les amateurs de polars, mais aussi pour celles et ceux qui n'ont pas l'habitude de lire des romans policiers. Car l'enquête est subtilement mêlée à l'histoire de la ville de Lyon et de ses canuts, à des éléments de la vie d'Aiglantine et d'Amélie mais aussi d'Emilien Gontard. L'auteure a pris grand soin de ses personnages et les rend crédibles et attachants. On ressent aussi le grand amour de Nicole Provence pour la ville de Lyon, qu'elle décrit avec beaucoup de détails intéressants.

Bref, n'hésitez pas à vous laisser tenter par ce Secret d'Aiglantine : il n'a que des qualités !

 

Le billet de Milly est par ici. Et pour visiter le blog de Nicole Provence, c'est par là.