9782253160779-T

Quo Vadis ?, Henryk Sienkiewicz

PEB2269

 

Titre original : Quo Vadis ?

Edition : Livre de Poche

Traduction : B. Kozakiewicz

Nombre de pages : 703

 

 

Résumé

Blessé durant les guerres romaines, Marcus Vinicius est accueilli, une fois de retour à Rome, dans la demeure d'Aulus et de Pomponia durant sa convalescence. Là, il rencontre Callina, que tous appellent Lygie. Cette toute jeune fille est une otage de Rome, remise aux légions par son père, le roi du peuple lygien. Vinicius en tombe follement amoureux mais, vite remis de sa blessure, il doit quitter la maison de ses hôtes.

Le jeune guerrier, ne pensant qu'à Lygie décide d'en faire sa concubine. Mais, pour cela, il faudrait que la jeune fille quitte la demeure d'Aulus et s'installe dans celle de Vinicius. Celle Lygie est otage de Rome, il faut l'accord de César pour ce changement de demeure.
Vinicius décide donc de demander de l'aide à Pétrone, son oncle. Ce dernier est un proche de Néron et parvient en général à obtenir de l'empereur les faveurs qu'il lui réclame.

Ce que ne savent pas Vinicius et Pétrone, c'est que, sous l'influence de Pomponia Graecina, Lygie est devenue chrétienne. Or, cette nouvelle religion n'accepte pas les coutumes romaines, jugées barbares. L'idée de vivre en concubinage avec Vinicus choque Lygie qui décide de s'enfuir avec Ursus, son fidèle serviteur.

 

Commentaire

Quo Vadis ? fait partie de ces ouvrages intimidants qui ont passé quelques année dans ma bibliothèque avant d'être ouverts. Monument de la littérature, écrit par un lauréat du Prix Nobel, il semblait inaccessible, trop compliqué pour être apprécié à sa juste valeur.

Mais j'ai fini par me dire qu'il fallait que je me lance. Et là, bonne surprise : Quo Vadis ? est très accessible. Illustrant des vertus universelles, il contient des éléments qui peuvent parler à tous les lecteurs, quels que soient l'époque et le lieu de la lecture. Ou la confession du lecteur, puisqu'il est surtout question ici de la religion chrétienne.

Sienkiewicz nous parle, en effet, par le biais de l'histoire d'amour entre Vinicius et Lygie, de l'émergence du catholicisme quelques trente années après la crucifixion du Christ. C'est toute un changement de civilisation qui s'opère dans Quo Vadis ? et l'auteur l'illustre avec brio grâce à l'opposition entre Néron et ses partisans, d'une part, et les chrétiens, d'autre part.

Les fêtes organisées par Néron et ses Augustiens reflètent parfaitement la décadence de l'Empire romain de l'époque. Les orgies sont fréquentes et choquantes. La cruauté du couple Néron-Poppée montre à quel point il était dangereux de simplement déplaire à ces deux personnages particulièrement mauvais.

Les mœurs dissolues des Augustiens, si elles plaisent à Néron, choquent les pratiquants de cette nouvelle religion catholique, qualifiée de secte par les Romains. Les chrétiens ont mauvaise réputation et doivent se cacher afin de pouvoir pratiquer leur culte: on dit qu'ils utilisent le sang de jeunes enfants durant leurs célébrations, qu'ils détestent Rome... Alors que les chrétiens que l'on rencontre au cours du récit sont tout simplement désespérés par la débauche générale régnant à Rome sous le règne de Néron. A aucun moment il n'est question de haine, bien au contraire, puisque Sienkiewicz loue plus d'une fois, au cours du récit, les vertus de ces adeptes du Christ : patience, tolérance, amour du prochain...

Quo Vadis ? est donc un roman intéressant du point de vue historique. Même pour un lecteur qui n'est pas spécialement intéressé par la religion, ce récit peut se révéler instructif, puisqu'il illustre l'émergence d'une des religions qui possède bon nombre d'adeptes à travers le monde. C'est donc un véritable phénomène humain qui est à l'origine de ce roman : la découverte d'une nouvelle philosophie et d'un nouveau mode de vie, les origines du Vatican, la propagation de l'enseignement du Christ...

Quo Vadis ? est une histoire universelle et éternelle à lire au moins une fois dans sa vie.