couv53226600

Meurtres en copropriété, Deborah Crombie

Titre original : A Share in Death

Edition : Livre de Poche

Nombre de pages : 317

 

 

 

Résumé

(Présentation de l'éditeur)

" Quoi de plus paisible que le Yorkshire en automne ? C'est ce que s'imagine le super-intendant Duncan Kincaid, ' fraîchement promu et déjà surchargé de travail. Et donc, quand son neveu lui propose de profiter d'une semaine dans une résidence en copropriété, il accepte ; pensant se reposer et lire quelques bons livres.

Alors qu'il vient de faire la connaissance de ceux que le hasard a réunis dans la maison pour quelques jours, Duncan découvre le corps de Sebastian, le sous-directeur de l'établissement, flottant dans la piscine du manoir. Penny MacKenzie, une vieille demoiselle écossaise, a vu quelque chose qui a peut-être un rapport avec la mort de Sebastian. Mais elle souffre de la maladie d'Alzheimer et, prudente, hésite à faire part de ses soupçons.

On la retrouve sur le court de tennis, le crâne défoncé. Puis c'est Hannah Alcock, une scientifique, qui est victime d'une tentative de meurtre. Quelqu'un l'a poussée dans l'escalier. L'enquête de la police locale piétine : le superintendant prend alors la direction des opérations et appelle à la rescousse sa jeune collaboratrice, Gemma James. Il s'agit là du premier roman de Deborah Crombie et la première affaire de Duncan Kincaid et Gemma James.

L'intrigue, particulièrement astucieuse, évoque Agatha Christie, mais on perçoit déjà la touche personnelle, unique, de l'auteur, la finesse de ses analyses psychologiques, qui feront son succès. "

 

Commentaire

Premier polar de la série des enquêtes de Duncan Kincaid et de Gemma James, Meurtres en copropriété m'a beaucoup plu.

C'est une sorte de "semi huis clos" qui se déroule sous nos yeux, l'action prenant principalement place à Followdale House (la copropriété dont il est question dans le titre français) et les personnages restant les mêmes : les pensionnaires de la copropriété. Seules les escapades de Gemma, qui traverse l'Angleterre pour interroger les proches des pensionnaires, font varier le décor.

Mais ce roman policier n'est absolument pas monotone, loin de là ! Les meurtres et les agressions se succèdent et, de ce fait, l'action est bien présente. Ne vous attendez toutefois pas à des détails sanglants : on est plus dans un registre "cosy mystery" que dans du thriller macabre.

Les personnages sont tous très réalistes. Certains sont un peu caricaturaux (comme l'effroyable inspecteur principal Nash), mais pas trop, ce qui évite d'agacer le lecteur.

Quant à l'intrigue, elle est rondement menée par Deborah Crombie, qui parvient à brouiller les pistes jusqu'à la toute fin du roman. Les mobiles des agressions restent également très flous, jusqu'au moment où Duncan comprend enfin ce qui s'est passé : on est donc tenus en haleine tout au long de l'histoire.

Et, en bonus, on a droit à quelques descriptions des beaux paysages du Yorkshire. Pour ma part, j'ai ressenti une grande bouffée de nostalgie en lisant les mots "fromage frais de Wensleydale" (j'ai même été jalouse de Duncan, car c'est lui qui le mange) et "vallée de la Wensley". Amoureux de l'Angleterre ? Laissez vous donc tenter par cette série au charme très british !