couv45704114

Daisy Miller, Henry James

Titre français : Daisy Miller

Edition : Penguin

Nombre de pages : 126

 

 

 

Résumé

(Présentation de l'éditeur, traduction personnelle)

" Daisy Miller, une belle jeune Américaine, voyage en Europe avec sa famille. La jeune femme est un vrai mystère pour Winterbourne, l'un de ses compatriotes : bafoue-t-elle délibérément les conventions sociales en agissant et parlant aussi franchement qu'elle le fait, ou ignore-t-elle lesdites conventions ? Quand Daisy devient l'amie intime d'un jeune mondain Italien, son refus d'adopter un comportement respectable l'expose dangereusement.

Avec Daisy Miller, Jamer dresse un premier portrait de la femme américaine énigmatique et dangereusement indépendante. Ce type d'héroïne dominera toutes ses dernières oeuvres. " 

 

Commentaire

Seconde incursion dans le monde d'Henry Miller en ce qui me concerne.

Une fois de plus, cet auteur est parvenu à me captiver. Pourtant, ce n'était pas gagné d'avance, car son héroïne est plutôt antipathique.

Daisy Miller est une jeune fille assez rebelle pour son époque, puisque qu'elle ne se soucie absolument pas des convenances sociales. Elle n'hésite pas à passer du temps sans chaperon avec de jeunes hommes et semble même exhiber ses sentiments en public => so shocking pour la société européenne de l'époque. Il faut dire que Daisy est américaine et que la liberté dont elle jouit dans son pays semble lui manquer.

Quant à Mrs Miller, la mère de Daisy, elle semble avoir totalement abandonné l'idée d'empêcher sa fille d'agir à sa guise. Assez apathique, elle paraît manquer d'énergie pour lutter contre les penchants de sa fille.

Mais voilà, même si tout cela laissait présager un récit intéressant, j'ai trouvé Daisy extrêmement agaçante. Fantasque, capricieuse et rétive à toute forme d'autorité, elle refuse de voir la vérité en face. Ainsi, même quand toute la bonne société commence à l'éviter comme la peste tant son comportement choque tout le monde, elle s'en fiche et continue à se conduire comme avant.

Mais malgré cette héroïne agaçante, j'ai trouvé cette nouvelle très bien écrite et la plume d'Henry James est toujours aussi agréable à lire.