couv3969250

The Castle of Otranto, Horace Walpole

Titre français : Le château d'Otrante

Edition : Penguin

Nombre de pages : 148

 

 

 

Résumé

(Présentation de l'éditeur)

" Dans la province d'Otrante en Italie, vit le terrible prince Manfred. Le jour de ses noces, son fils est retrouvé écrasé par un casque majestueux et recouvert de plumes de corbeaux, présage funeste à n'en pas douter. Manfred décide alors de s'approprier la fiancée de son fils et de répudier sa femme, qui pourra déjouer ses sombres machinations ? "

 

Commentaire

Voilà un roman qui m'a donné beaucoup de mal.

Ce n'est pas tant la langue qui m'a posé problème, bien que certains mots soient en vieil anglais (ce roman datant du XVIIIe siècle, mais il est accessible si vous êtes bilingue), mais la mise en page.

En fait, chaque chapitre n'est constitué que de quelques énormes paragraphes. Même les dialogues se suivent, ce qui donne un truc du genre "As-tu tué mon fils ? Non, messire, je n'aurais pas osé. Alors qui l'a fait ? Je n'en sais rien." Et je vous assure que 150 pages à lire de la sorte, c'est loin d'être agréable.

Plusieurs fois, je me suis perdue dans les dialogues (car il n'est que rarement fait mention de celui/celle qui parle, histoire de simplifier les choses), ne sachant plus qui parlait à qui : j'étais alors condamnée à revenir cinq pages en arrière (horreur) pour reprendre le dialogue dès le début (horreur bis) afin de comprendre qui jase à qui et sans être certaine d'y parvenir (horreur ter).

Je suppose que je n'ai donc pas besoin de vous expliquer plus en détail pourquoi je suis un peu passée à côté de ce classique. A la fin et malgré une histoire intéressante, je n'avais même plus envie de lire ce roman, parce que je savais déjà que j'allais retomber sur des paragraphes qui feraient pâlir de jalousie Marcel Proust.

Je me dis que c'est aussi peut-être un problème d'édition, mon roman étant assez "vieux". Du coup, comme c'est un roman libre de droits, j'essaierai de le trouver sous format numérique : peut-être a-t-il été remis en page et est-il plus lisible de cette façon.