couv755291

The Murder Room, P.D. James

Titre français : La salle des meurtres

Edition : Penguin Books

Nombre de pages : 541

 

 

 

Résumé

Adam Dalgliesh et son équipe sont ici confrontés à une mort suspecte assez atroce. Neville Dupayne est brûlé vif dans sa Jaguar quelque jours après que deux événements majeurs se soient produits dans sa vie : il a refusé de signer la reconduction du bail de l'immeuble abritant le musée familial et la femme d'un de ses patients (Neville est psychiatre) s'est suicidée, ne supportant plus la maladie de son époux. Neville a-t-il été tué à cause de son refus de signer le bail ? S'est-il lui aussi suicidé car il s'est senti responsable de la mort d'une femme ? Mystère..

 

Commentaire

C'est un fait : je ne me lasserai jamais des polars de P.D. James. Il faut dire qu'ils se caractérisent tous par une très grande qualité, non seulement du point de vue de l'intrigue, mais aussi du point de vue de l'écriture.

Une fois encore, l'auteure nous offre un portrait extrêmement complet de tous ses personnages avant de "tuer" l'un d'entre eux. Il faut donc attendre une bonne centaine de pages avant d'entrer dans le vif du sujet, mais je peux vous dire qu'on ne s'ennuie pas une seule seconde, tant les différents personnages sont intéressants. Chacun semble avoir quelque chose à cacher. Pas forcément un meurtre, mais au moins un secret peu reluisant... Certains sont sympathiques, d'autres moins. Bref, ils sont très réalistes.

Et c'est à Dalgliesh, ce gentleman parmi les policiers qu'il appartient une fois de plus de résoudre ce mystère. J'apprécie de plus en plus la personnalité assez atypique de cet enquêteur qui réfléchit beaucoup mais parle peu. J'aime la façon dont il parvient à gérer les antagonismes et les tensions au sein de son équipe (il affirme d'ailleurs préférer des enquêteurs qui sont parfois en désaccord plutôt que des policiers qui s'entendent merveilleusement bien : courageux de sa part, je trouve) mais aussi son talent pour gérer les ego des personnes interrogées (pas facile de se retrouver face à Caroline Dupayne de mauvaise humeur... mais AD - comme le qualifient ses subordonnés - s'en tire haut la main).

Au niveau de l'intrigue, je l'ai personnellement trouvée totalement insoluble (mais bon, je ne suis pas une experte comme Niki ou ma maman, qui devinent toujours qui est coupable). Impossible de deviner l'identité du coupable et son mobile avant la fin du récit !

 

Le billet de Niki est ici.

 

Fait partie de la série Adam Dalgliesh

Tome 1 : A visage couvert

Tome 2 : Une folie meurtrière

Tome 3 : Sans les mains

Tome 4 : Meurtres en blouse blanche

Tome 5 : Meurtre dans un fauteuil

Tome 6 : Mort d'un expert

Tome 7 : Un certain goût pour la mort

Tome 8 : Par action et par omission

Tome 9 : Péché originel

Tome 10 : Une certaine justice

Tome 11 : Meurtres en soutane

Tome 12 : La salle des meurtres

Tome 13 : Le phare

Tome 14 : Une mort esthétique