41p1FdFaYsL

Sansonnet sait du bouleau...

Pierre Thiry

Editions Books on Demand, 124 pages

petit-coeur

 

Un extrait

" Il poursuit le bruit du souffle/ D'une plume qui s'essoufle/ Et s'obsurcit trop souvent..."

 

Résumé

(Présentation de l'éditeur) "Sansonnet sait du bouleau" forme une trilogie avec "Sansonnets un cygne à l'envers" (2015), et "Sansonnets aux sirènes s'arriment" (2018). Comme les deux précédents volumes, ce recueil comprend cent sonnets et une postface. Avec la publication de ce livre trois sansonnets (trois cent sonnets) sont désormais réunis, en trois volumes qui peuvent être lus séparément, dans l'ordre que l'on souhaite. On y trouvera une matière de fictions brèves et rapides : sources ou torrents destinés à nourrir le fleuve plus nourri d'oeuvres de fictions à venir. Chacun de ces sonnets peut-être lu séparément. Ils peuvent aussi être lu ensemble. Chacun d'entre eux est un concentré qui peut faire naître une oeuvre plus développée : nouvelle, roman et même roman-fleuve. Chacun peut aussi être lu pour lui-même. On y croisera, le temps d'un sonnet des alexandrins et des vers monosyllabiques, un poissons rouge, des dentelles, des voyages merveilleux, un coup de foudre, Jean-Sébastien Bach, Nicolas de la Grotte, Thomas Sonnet, des histoires d'amour, un humoriste, des ratures, une actrice, Antoine de Saint-Exupéry, un cocher, une princesse, un carrosse, un lézard, Jules Verne, un arlequin, un piano, un artiste, des arbres, Ronsard et des oiseaux (et bien d'autres personnages encore). On y lira des histoires absurdes ou étonnantes, mystérieuses, reposantes, étranges ou classiques, invraisemblables ou vraisemblables, rythmées, imagées, lumineuses ou sombres et énigmatiques... A chacun d'explorer ce livre selon son bon plaisir pour y découvrir des sens nouveaux, inattendus, merveilleux ou rêveurs en parcourant les proliférantes ressources des sonnets, en les lisant et en les relisant. La postface apporte un jour nouveau sur cette forme littéraire en complétant celles de mes deux précédents recueils. Je publie ce livre en hommage à mon papa le musicien Louis Thiry (1935-2019).

 

Mon avis

Une fois de plus, Pierre Thiry nous enchante avec des sonnets très musicaux.

La musique est en effet au cœur de ce recueil de sonnets. L’ouvrage est dédié au musicien Louis Thiry, amoureux de Bach et passionné de linguistique. La musique et les mots. Chez les Thiry, le talent se transmet de père en fils.

Avec ces sonnets, Pierre Thiry précise (en postface) qu’il n’a pas voulu faire de la poésie. Et c’est tant mieux car le fait de devoir respecter la structure et la rigueur de la poésie ferait perdre leur charme et leur vivacité aux cent sonnets (« Sansonnets »).

Je discutais justement de mes futures lectures avec une collègue, il y a quelques temps, et nous en sommes venues à parler de William Shakespeare. Elle m’a dit ne pas aimer ses pièces mais adorer ses Sonnets, qui lui procuraient une émotion bien plus forte que la poésie habituelle : les Sonnets auraient quelque chose en plus par rapport à la poésie « traditionnelle ». Cette conversation m’est revenue en mémoire en lisant Sansonnet c’est du bouleau…, car c’est exactement cela que l’on ressent en lisant les trois Sansonnets (= 300 sonnets dans trois ouvrages) de Pierre Thiry : on rit, on s’inquiète, on s’amuse, on tremble… Des poèmes n’auraient pas la même saveur et ne nous feraient pas ressentir autant d’émotions différentes.

Outre la musique, les arts en général (peinture, cinéma, et bien sûr écriture) et la nature (arbres, oiseaux et autres animaux, cycle des saisons, mois de l’année, fêtes diverses) sont également mis à l’honneur. En lisant les sonnets dédiés aux mois de l’année, ceux qui se concentrent sur l’automne, sur Halloween ou la Saint-Nicolas, on a l’impression de parcourir une année entière enfermée au sein de quelques pages : c’est magique !

Et la magie ne s’arrête pas là. J’ai été enchantée de retrouver, dans un même recueil, des sonnets qui parlent d’oiseaux qui chantent au milieu des branches d’arbres, de violoncelle et de Code civil (oui, oui) ! La plupart de mes centres d’intérêts réunis en une seule lecture, c’est rare… Et, en même temps, ça ne m’étonne pas du tout de les retrouver chez Pierre Thiry : il est probablement le seul auteur contemporain qui était capable de composer un tel trésor.

D’ailleurs, en parlant de Code civil, j’ai particulièrement apprécié le sonnet dans lequel des sansonnets découpent le Code civil en 14 vers (Sonnet 15, intitulé Code civil) : cela m’a rappelé l’Empire romain qui fonctionnait avec 12 lois que les préteurs romains adaptaient selon les cas qui leur étaient soumis. Puisque Sansonnet sait du bouleau… me rappelle le droit romain, l’une de mes grandes passions, il ne pouvait être qu’un coup de cœur !

Mais ces sonnets « juridiques » ne sont pas les seules bonnes surprises de ce recueil : d’autres ont retenu mon attention. C’est notamment le cas du Sonnet n 9, intitulé Satire au sens « cave-hallier », qui est tellement musical ! Avec les Sonnets 87 et 89 (intitulés respectivement Elle était fière et Avancer dans le noir), il forme la « trilogie » des sonnets qu’il faut à tout prix lire à haute voix afin de les apprécier à leur juste valeur. Je les ai récités à mes chats qui ont paru apprécier. Ils ont d’ailleurs apprécié l’ouvrage aussi : ils ne l’ont pas quitté depuis hier soir, le reniflant dès qu’ils le peuvent : Pierre Thiry aurait-il un chat, un Charles Hockolmess (clin d’œil à Ramsès au pays des points-virgules) que mes affreux félins ont repéré à distance ?

Le Sonnet 35 nous parle de l’Automne qui « est sombre en décembre. Il sait qu’il doit partir. » Ambiance « de saison » avec ce sonnet, car en ce moment les journées sont très courtes et les arbres déjà dénudés : l’automne est en bout de course et sera vitre remplacé par l’hiver

Le Sonnet 36 (Ce parc est…) et ses étourneaux qui plagient Mozart m’a fait sourire : il est très amusant, tout comme le Sonnet 78, court et très mignon (il s’intitule d’ailleurs Minuscule, un titre très adapté) ou encore le Sonnet 96 (L’artiste certifié), où un oiseau se fait attraper par un ver/vers: « Ce vers est épicé/ Songea l’oiseau pincé/ Est-ce du paprika ? »

Enfin, voilà mes deux grands favoris :

  • Le Sonnet 48, intitulé Février : mon mois ! Pierre Thiry joue sur les années bissextiles pour composer un hommage au plus beau mois de l’année (selon moi, bien entendu, puisque je suis née en février) ;
  • Et le Sonnet 98 (Dans le vaste palais…) qui m’a rappelé la Princesse Elodie de Zèbrazur, l’héroïne créée par Pierre Thiry.

 

En bref

Sansonnets, un cygne à l’envers et Sansonnets aux sirènes s’arriment étaient déjà de magnifiques recueils. Avec Sansonnet sait du bouleau…, la boucle est bouclée, en quelque sorte : nous avons, à notre disposition, 300 sonnets qui ne demandent qu’à nous faire rêver.

 

 

Le site de Pierre Thiry est ici. N'hésitez pas à le visiter afin d'être au courant de toutes les actualités de l'auteur !

Pour offrir ou s'offrir Sansonnet sait du bouleau..., c'est par ici, par ici ou par là.