couv25972854

Le Sang des Elfes

Andrzej Sapkowski

Editions Milady, 480 pages

 

Un extrait

" L'intolérance et la superstition ont toujours été le fait des idiots parmi la populace, et, selon mon sentiment, jamais elles ne seront extirpées car elles sont aussi éternelles que la bêtise même. Là où culminent aujourd'hui des montagnes, il y aura un jour des mers. Là où moutonnent aujourd'hui des mers, il y aura un jour des déserts. Mais la bêtise restera la bêtise. "

 

Résumé

(Présentation de l'éditeur) Le royaume de Cintra a été entièrement détruit. Seule la petite princesse Ciri a survécu. Alors qu’elle tente de fuir la capitale, elle croise le chemin de Geralt de Riv. Pressentant chez l’enfant des dons exceptionnels, il la conduit à Kaer Morhen, l’antre des sorceleurs. Initiée aux arts magiques, Ciri y révèle bien vite sa véritable nature et l’ampleur de ses pouvoirs. Mais la princesse est en danger. Un mystérieux sorcier est à sa recherche. Il est prêt à tout pour s’emparer d’elle et n’hésitera pas à menacer les amis du sorceleur pour arriver à ses fins…

 

Mon avis

Commencer une saga de fantasy par le tome 3, une drôle d'idée ?

Sans doute. Mais les tomes 1 et 2 se trouvent quelque part dans mon grenier et, vu la colonie d'araignées qui s'y trouve également, je n'ai pas eu le courage de partir à leur recherche. J'ai commencé la lecture du Sang des Elfes le 24 décembre et, pour l'arachnophobe que je suis, il y a mieux comme cadeau de Noël qu'une mini tarentule dans les cheveux… Le tome 3, lui, se trouvait entreposé sur mes étagères (en attendant d'y trouver sa place définitive) : j'ai donc commencé ma lecture par celui-ci.

Au début, c'est un peu difficile de rentrer dans l'histoire, justement parce que, quand on ne commence pas par le premier tome, on se retrouve confronté à des personnages que l'on ne connaît pas, et à une intrigue déjà bien développée. Mais au bout d'une trentaine de pages, une fois que l'on est habitué aux différents personnages, l'histoire devient vraiment prenante.

Il y a, dans ce Sorceleur, tous les ingrédients d'une bonne saga de fantasy : des nains, des gnomes et lutins, des magiciennes, des elfes, des chevaliers, des troubadours, et les sorceleurs eux-mêmes. Ces derniers m'ont un peu rappelé l'Epouvanteur de la saga du même nom de John Delaney, car les sorceleurs gagnent leur vie en luttant contre les « monstres » (goules, vampires, créatures marines, etc.), tout comme Mr Gregory et Tom Ward. Le monde créé par Sapkowki est donc particulièrement passionnant, et les luttes intestines qui l'agitent apportent beaucoup de suspense au récit.

Les personnages sont également un point fort de l'histoire, et leurs différents parcours sont très intéressants à suivre. Ciri, la petite princesse, est parmi les personnages que je préfère : au centre de l'histoire, elle intéresse de nombreux personnages et son héritage la rend particulièrement vulnérable aux machinations et complots que certains fomentent dans l'ombre…

 

En bref

Cette saga du Sorceleur m'a tenue en haleine de bout en bout et je compte bien en continuer la lecture ! D'autant que la petite touche d'ambiance médiévale que l'on retrouve dans le récit n'est pas pour me déplaire...

 

Planisphère_océan_pacifique

Challenge Globe-trotteurs : Pologne