enfants-de-HurinLes Enfants de Hurin ou Narn I Chîn Hurin, Le Conte des Enfants de Hurin, J.R.R. Tolkien

Titre original: The Children of Hurin

Edition: Christian Bourgeois

295 pages

69818652

 

Résumé

(Présentation de l'éditeur)

"Des milliers d'années avant Le Seigneur des Anneaux, la Terre du Milieu est en proie aux luttes entre Morgoth, le premier Seigneur Ténébreux, et les Elfes, alliés aux Hommes. C'est contre Turin et Niënor, les enfants de Hurin, que Morgoth va lancer une terrible malédiction, les contraignant à une vie malheureuse et errante, pour se venger du héros qui a osé le défier.

Les Enfants de Hurin, oeuvre entreprise par Tolkien au cours de la Première Guerre mondiale, s'adresse aux lecteurs du Seigneur des Anneaux, qui retrouveront le souffle de ce roman dans l'histoire de Turin, héros humain qui cherche sa place parmi les Elfes et les Hommes dans un monde en guerre; trompé par le destin, il lutte de manière spectaculaire et tragique contre Morgoth, nous faisant ainsi découvrir un passé méconnu de la Terre du Milieu."

 

Commentaire

Ambiance pessimiste et oppressante pour cette hisoire des Jours Anciens de Tolkien. On ressent le danger auquel les habitants de la Terre du Milieu de cette époque sont soumis de la première à la dernière page. De cette façon, le parallèle avec la Première Guerre mondiale, époque durant laquelle cette histoire a été écrite, est particulièrement frappant: les batailles livrées contre Morgoth sont désespérées et ne promettent aucune issue heureuse, mais malgré cela, les héros de cette histoires, Turin en tête, continuent à lutter. Comment ne pas songer au courage des Poilus lorsque l'on lit le récit des Nirnaeth Arnoediad, la Bataille des Larmes Innombrables?

J'apprécie tout particulièrement cette grande tragédie de Tolkien, pour tout le symbolisme qu'elle contient, mais il y a néanmoins un personnage que je déteste dans cette histoire: Morwenn, l'épouse de Hurin et mère de Turin et Niënor. A l'issue de plusieurs lectures de cet ouvrage, je continue de penser que son orgueil et son mauvais caractère sont pour beaucoup dans la tragédie qu'ont vécu les membres de sa famille.

Les fans du Seigneur des Anneaux qui se lanceraient dans cette lecture risqueraient tout d'abord d'être déroutés par ce Conte des Enfants de Hurin. L'époque durant laquelle se déroule cette tragique histoire est très éloignée de celle de nos amis Hobbits et semble bien sombre par rapport à la vie de la Comté. Pourtant, très vite, de nombreux parallèles entre les deux histoires commencent à se profiler.

Ainsi, le couple Thingol-Melian du Doriath rappelle beaucoup le duo Celeborn-Galadriel de la Lothlorien. Melian, une puissante Maia (pour ceux qui n'ont pas lu Le Silmarillion, les Maia sont des mages. Gandalf et Saroumane sont tous deux Maia, par exemple) a entouré le Royaume de Thingol d'une protection appelée L'Anneau de Melian. Grâce à cette puissante "magie", personne ne peut pénétrer sur les terres du Doriath sans y être convié par Thingol lui-même. En son temps, Galadriel protégera la Lothlorien de la même façon. Cette similitude semble d'ailleurs logique, puisque Galadriel passera quelque temps en Doriath, après son exil de Valinor et qu'elle y recevra les enseignements de Melian.

Deuxième clin d'oeil au Seigneur des Anneaux: Thingol et Melian sont les parents de Luthien, cette Elfe qui sacrifia son immortalité pour l'amour d'un mortel, Beren. Galadriel, quant à elle, est la grand-mère d'Arwen, dont il est dit qu'elle était l'image de Luthien parmi son peuple, et qui aimera également un mortel, Aragorn.

Et il ya bien d'autres comparaisons encore possibles entre les deux récits, même si Les Enfants de Hurin est un récit encore plus sombre que Le Seigneur des Anneaux.

Car Turin est le grand héros tragique de Tolkien. Plusieurs fois, au cours de l'histoire, sa situation s'améliore légèrement, laissant espérer une fin heureuse. Mais, toujours, la Malédiction de Morgoth le rattrape et Turin retombe bien bas.

Mais il est dit, dans la mythologie de Tolkien, que Morgoth devra payer pour le mal qu'il a infligé à Turin et à Niënor. Ainsi, un très beau passage de La Formation de la Terre du Milieu nous parle du temps où Turin pourra enfin se venger du Seigneur Ténébreux, Morgoth (aussi nommé Melkor ou Melko). C'est un extrait que je trouve particulièrement bien écrit et je ne résiste pas à l'envie de le partager avec vous:

"Telle fut la prophétie de Mandos, qu'il prononça à Valmar lors du jugement des Dieux, et la rumeur en fut murmurée parmi tous les Elfes de l'Ouest: lorsque le Monde sera vieux et que les Puissances seront lasses, alors Morgoth repassera la Porte hors de la Nuit Eternelle; et il détruira le Soleil et la Lune, mais Eärendel s'abattra sur lui comme une flamme blanche et le fera déchoir des airs. Alors la dernière bataille sera livrée sur les champs du Valinor. En ce jour, Tulkas luttera contre Melko, et à sa droite se tiendra Fionwë, et à sa gauche, Turin Turambar, fils de Hurin, Vainqueur du Destin; et ce sera la noire épée de Turin qui portera à Melko le coup fatal et l'enverra à sa fin ultime; ainsi seront vengés les enfants de Hurin et les peuples des Hommes."

 

67539578

Les Enfants de Hurin était le dernier ouvrage à lire dans le cadre du challenge "Fantasy" de Whoopsy Daisy.

J'ai donc atteint le Niveau Lutin.