couv65351438

Parti tôt, pris mon chien, Kate Atkinson

Titre original : Started Early, Took my Dog

Edition : Livre de Poche

Nombre de pages : 497

 

 

 

Résumé

(Présentation de l'éditeur)

" La journée s’annonce comme les autres pour Tracy Waterhouse, chef de la sécurité dans un centre commercial, jusqu’à ce qu’elle fasse un achat inattendu. Une minute de folie suffit pour que son univers bascule, pour que le train-train quotidien soit remplacé par la peur et le danger à chaque tournant.

Rebondissements et fausses pistes abondent dans ce roman qui vous empoigne dès la première page et dont le suspense se maintient sans faiblir jusqu’à la fin. L’action se passe dans le Yorkshire et oscille entre 1975 et aujourd’hui. C’est un univers d’un réalisme cru : tueurs en série, prostituées assassinées, enfants enlevés, policiers véreux, mais à la sauce atkinsonienne truffé de jeux de mots, de citations littéraires et autres. "

 

Commentaire

Comme d'habitude, Kate Atkinson entremêle les destins de divers personnages sans jamais se perdre et, surtout, sans jamais perdre ses lecteurs.

C'est ainsi que nous suivons simultanément les aventures de Tracy Waterhouse, de Tilly (une actrice assez âgée qui semble avoir des problèmes de mémoire) et celles de Jackson Brodie, le détective habituel d'Atkinson.

Les lecteurs qui apprécient les lectures faciles ou les récits "chronologiques" (j'entends par là les histoires qui nous sont racontées dans un certain ordre, sans aucun flash-back ou sans digression) n'aimeront pas ce roman. Car, comme dans les autres récits de Kate Atkinson, on est un peu promenés dans tous les sens : on visite la région natale de Jackson, le plateau du tournage de la série télé dans laquelle joue Tily et on prend même la route avec Tracy et la petite fille qu'elle a achetée à sa mère ! Car oui, j'ai oublié de vous le préciser : Tracy achète une gamine à une mère apparemment négligente/abusive, dont Tracy a fait la connaissance lorsqu'elle travaillait dans la police. Avant de surveiller un centre commercial, Tracy était flic. Et faisait bien son boulot.

Rocambolesque non ?

Mais je vous rassure : Kate Atkinson mène tout cela de main de maître et, au final, les différentes aventures de ses nombreux personnages ne tombent jamais dans le ridicule. Au contraire, puisqu'on s'attache à tous ces héros abîmés par la vie. Jackson, qui n'a jamais de chance et qui reste hanté par le décès de sa soeur, Niamh. Tilly, qui ne sait plus trop ce qu'elle fait et qui ressasse ses souvenirs, ceux-ci lui revenant plus facilement en tête que le menu de son dernier repas. Et Tracy, cette ex-flic bourrue mais généreuse.

On ne peut pas dire que l'histoire de tous ces personnages se termine bien. Mais certains d'entre eux s'en sortent. C'est le principal et cela fait chaud au coeur.

 

Extraits

" C'est fou, le nombre d'endroits interdits aux chiens. Les gosses - il n'avait rien contre eux, évidemment - , sont admis partout alors que les chiens se conduisent beaucoup mieux dans l'ensemble. "

 

" En achetant la gamine, Tracy avait passé un contrat avec le diable. Elle aurait quelqu'un a aimer, mas il lui en coûterait tout ce qu'elle avait.Elle songea à la petite sirène dont chaque pas était une torture, une douleur comme si elle marchait sur un fil d'épée. Rien que pour être humaine, rien que pour aimer. "

 

" Chacun avait à l'intérieur de soi un tueur qui n'attendait que l'occasion de se manifester, certains étant plus patients que d'autres."

 

" Naturellement, Tracy était mal placée pour critiquer. Elle était boudinée dans un deux-pièces bleu layette en mélange polyester qui faisait tellement d'électricité qu'elle redoutait la combustion spontanée avant même qu'on ait coupé le gâteau. Elle s'était acheté un chapeau qu'elle ne portait pas parce qu'il lui donnait l'air d'un travelo. "