51YEM7KRJKL

Mémoires d'Agrippine, Pierre Grimal

Edition: Livre de Poche

368 pages

 

 

Résumé

Paraphrasant les Mémoires d'Hadrien de Marguerite Yourcenar, Pierre Grimal nous offre une fiction inspirée de faits réels.

A travers les cinq hommes de sa vie (Germanicus, son père, Tibère, son grand-oncle, Gaius, son frère, Claude, son oncle et son époux et enfin Néron, son fils) Agrippine nous raconte l'histoire de sa vie et sa quête pour le pouvoir.

 

Commentaire

La Rome antique est une période de l'histoire qui m'a toujours passionnée, alors autant dire que ce livre m'a plu dès les premières pages! Le lecteur parcoure les rues de Rome et de la Grèce antique main dans la main avec la jeune Agrippine. Transporté dans une autre époque par la plume de l'auteur, on a l'impression d'entendre le vent souffler doucement dans les feuilles des cyprès et des pins, et de sentir le soleil romain lentement réchauffer notre peau. Ca, c'est pour le côté idyllique des choses.

Car tout n'est pas rose dans ce récit. Agrippine nous fait aussi partager les intrigues dont elle fut le témoin privilégié ou auxquelles elle a participé, directement ou indirectement. Les crimes et les incestes, les soupçons que tous ces personnages historiques nourrissent les uns envers les autres, rien ne nous est épargné. Loin d'être désagréable, ces détails permettent une véritable immersion dans la vie de l'époque.

Agrippine avoue elle-même être consumée par l'ambition. Dès son plus jeune âge, se sachant descendante de Marc Antoine et d'Auguste (tous deux élevés au rang de dieux), elle est convaincue des la nature divine de ses origines. Sa famille ayant été écartée du pouvoir par Tibère, Agrippine fera tout ce qu'elle peut pour récupérer ce rang qu'elle considère comme lui appartenant de droit.

Calculatrice et manipulatrice, Agrippine est dépeinte aussi comme une femme mélancolique malgré sa force mentale. Grâce à Pierre Grimal, elle apparaît plus humaine et plus sympathique que dans les livres d'histoire.

Elle semble également être une fine politicienne, réfléchiee et mesurée, sauf peut-être dans ses rancunes. Si les femmes avaient pu régner à Rome, peut-être le destin de ce grand Empire aurait-il été différent...

histoire