couv75142458

Blanc comme la nuit, Ann Cleeves

Titre original : White Nights

Edition : Pocket

Nombre de pages : 448

 

 

 

Résumé

(Présentation de l'éditeur)

" Macabre découverte à Biddista, petit hameau des Shetland. Dans une cabane de pêcheur, un homme est retrouvé pendu, le visage recouvert d'un masque de clown.

L'inspecteur Jimmy Perez ne croit pas au suicide. Mais personne ne semble connaître la victime et l'affaire piétine.

Et puis la tragédie frappe : Roddy, enfant chéri de l'île, jeune violoniste célèbre, est découvert mort au pied de la falaise.
Nuits blanches et jours sans fin pour Jimmy Perez qui doit faire la lumière sur le passé d'une petite communauté trop idyllique... "

 

Commentaire

Après Vera Stanhope, je découvre le second enquêteur récurrent d'Ann Cleeves : Jimmy Perez.

Le nom de ce policier est assez trompeur. Jimmy Perez n'est pas espagnol, même s'il revendique des ancêtres de cette nationalité afin d'expliquer son patronyme. En réalité, Blanc comme la nuit se déroule aux Shetland.

Rien que pour son décor, ce polar est donc particulièrement passionnant. On découvre une très petite communauté, qui vit dans des conditions difficiles (journées noires en hiver et nuits lumineuses en été, entre autres) et a l'habitude de se "serrer les coudes" en cas de problème. Les habitants de Biddista ne sont pas tous amis ou proches, mais étant donné leurs conditions de vie, ils savent qu'ils ont besoin les uns des autres.

Du coup, on s'en doute, le fait qu'un meurtre soit commis dans un hangar à bateaux de ce petit village bouleverse tout le monde. Et puis, surtout, les soupçons sont plus difficiles à supporter quand on est une dizaine d'habitants...

Vous l'aurez compris, les gros points forts de ce roman, c'est son ambiance et le cadre dans lequel les faits se déroulent. Les personnages sont également tous très intéressants, à quelques exceptions près (certains sont agaçants). Comme c'était le cas de Harbour Street, Ann Cleeves prend son temps pour mettre son intrigue en place, pour planter le décor et présenter les différents protagonistes. Mais cette seconde série n'est pas une simple réédition des enquêtes de Vera Stanhope : on sent un vrai travail de la part de la romancière, afin de différencier ces deux séries de polars et de leur apporter des qualités différentes à chacune.

C'est donc avec plaisir que je continuerai ma lecture des aventures de Jimmy Perez. Dans son genre, il est aussi intéressant que Vera !