couv8041188

Lady Barberina, Henry James

Titre original : Lady Barberina

Edition : Archipoche

Nombre de pages : 358

 

 

 

Résumé

(Quatrième de couverture)

" Le docteur Jackson Lemon, millionnaire américain expatrié à Londres, est tombé sous le charme d'une marquise anglaise. Barberina Canterville est la dernière fille d'un lord distingué, mais quelque peu désargenté, qui hésite à recevoir un simple médecin.

Chacun, avec ses atouts et ses préjugés, pèse les avantages et les inconvénients d'une mésalliance. Mais nul ne songe à connaître l'avis de « lady Barb ». La jeune femme, « dont le caractère, comme la silhouette, semblait avoir été formé par des chevauchées dans la campagne », est-elle vraiment prête à s'installer à New York ?

Henry James, dans Lady Barberina (1884), ironise sur les a priori des sociétés américaine et britannique. Ce court chef-d'oeuvre est ici complété de deux nouvelles, Les Raisons de Georgina (1884) et Dans la cage (1898), dont les héroïnes sont l'épouse anglaise d'un militaire de Brooklyn et une télégraphiste new-yorkaise trop imaginative. L'ironie subtile et l'inspiration transatlantique du maître de la nouvelle y font merveille. "

 

Mon avis

Lady Barberina, la nouvelle qui donne son titre à ce roman est un merveilleux portrait de société. Henry James y oppose les Anglais aux Américains, et l'on comprend tout de suite que, bien que proches, ces deux civilisations n'ont rien pour s'entendre. Lady Barb, totalement dépaysée, déteste tout de suite l'Amérique (au contraire de sa jeune soeur, qui s'y sent plus libre qu'en Angleterre) et son époux, Jackson, ne comprend pas ses réticencesChacun campe sur ses positions et ne semble vouloir tenter de s'adapter à l'autre. Les préjugés des deux sociétés sont mis en évidence par Henry James : les Anglais considèrent les Américains comme des rustres sans éducation et sans élégance ; tandis que les Américains voient les coutumes Anglaises comme de vieilles manies dont il faudrait se débarrasser au plus vite.

Comme on peut s'en douter, la vie conjugale du jeune couple Lemon s'en ressent et la cohabitation n'est pas de tout repos...

Les raisons de Georgina met en scène une femme extrêmement étrange, dont on ne comprend pas réellement les motivations. Pourquoi Georgina épouse-t-elle son officier de marine et a-t-elle un enfant avec lui ? Ce n'est pas comme si elle était follement amoureuse... En réalité, on a plutôt l'impression d'être face à une héroïne qui se laisse porter au gré du vent, mais qui ne prend pas vraiment de décisions mûrement réfléchie, sauf à la toute fin de l'histoire.

Enfin, Dans la cage met en scène une jeune fille qui, parce qu'elle lit et apprend presque par coeur les télégrammes de la bonne société londonienne, a tendance à se prendre pour l'une d'entre eux. Elle finira même par utiliser les informations ainsi récoltées pour affirmer sa domination sur l'un de ses habitués. 

J'ai apprécié me replonger dans l'oeuvre de James. C'est toujours un plaisir de retrouver son analyse psychologique de personnages qui, tous, semblent avoir une faille dans leur personnalité. Certains sont manipulateurs, d'autres ont tendance à se laisser aller, et d'autres encore ont une imagination bien trop active. 

La psychologie n'est pas le seul point fort de ce recueil de nouvelles : j'ai également beaucoup apprécié l'opposition Angleterre-Etats-Unis, constante tout au long des trois récits repris dans cet ouvrage. Après tout, Henry James est né en Amérique mais a grandi en Europe : il connaît donc bien le sujet et n'hésite pas à "appuyer" sur l'incompréhension mutuelles entre ces deux civilisations. 

Et, en plus, chose inattendue, quelques touches d'humour apparaissent plusieurs fois dans Lady Barberina (franchement, de la part de James, je ne m'y attendais pas).

Ce roman était donc une belle surprise et je compte bien continuer ma découverte des oeuvres de l'auteur.

 

Les Bingos du Café la Jasette

Bingo Vert - Copie

Auteur américain