couv38344494

L'extraordinaire histoire de Fatima Monsour

Joanne & Gerry Dryansky

Editions Héloïse d'Ormesson, 334 pages

 

Un extrait

" La pensée effleura Fatima que manger de cette façon compartimentée, depuis le plateau jusqu'au beurre dans son étui métallisé, était une manière de compléter la séparation entre les gens. Donner à chacun, emballée, protégée des microbes des autres, sa portion individuelle de chaque chose. Les paysages de ce pays étaient jolis, attrayants, mais il y vivait trop de gens froids et distants. "

 

Résumé

(Présentation de l'éditeur) La chance ne sourit pas à Fatima.

Dans son île de Djerba, elle est la femme la plus mal lotie : son mari l'a quitté pour une autre et l'a laissé sans enfant.

Alors, quand meurt sa soeur, Fatima décide de quitter son lieu natal pour la remplacer au service de la Comtesse Merveil du Roc, dans le XVIème arrondissement de Paris.

Les cieux seront-ils plus cléments à Paris dans ce XVIème arrondissement où l'on croise Hadley Hadley III, truculent écrivain en herbe, les Denis-Rabotin, famille Figaro par excellence, Hyppolyte Suget, petit rat de l'Opéra devenu cambrioleur, sans oublier Victorine, la chaleureuse domestique sénégalaise?

Sans le savoir, fatima va transformer la vie d'un quartier, plus bigarré qu'il n'y parait...

 

Mon avis

Que voilà une lecture difficile à chroniquer...

Je ne peux pas dire que je n'aime pas ce roman. Le point positif c'est le personnage de Fatima, que j'ai trouvée très attachante.

Mais la façon dont on la traite, avec mépris et méchanceté, est tellement révoltante ! Les êtres humains sont déjà méprisants et méchants avec leurs semblables dans la vie réelle : je n'ai donc pas besoin de retrouver cela dans mes lectures. D'autant qu'ici, rien n'est épargné à la pauvre Fatima : tout le monde s'y met et ajoute couche sur couche d'humiliations.

Je passe donc avec soulagement à autre chose.

 

En bref

Ce roman n'est pas mauvais : il reflète la réalité d'aujourd'hui, avec des personnages tour à tour mesquins, méprisants et même racistes. On ne peut donc pas dire que ce soit un mauvais récit : je suis juste dans une période où je préfère lire des choses un peu plus positives et je ne me voyais pas assister à 150 pages de brimades en plus pour un personnage aussi sympathique que Fatima (même s'il paraît que la suite n'est pas aussi morose).